• Les Tricycles

    Les Tricycles

    Tricycle couché avec carriole

  • En juillet 2008

    En juillet 2008

    Devant le parlement de Bretagne

  • Sur la place de la Mairie avec J-J. DUPRAT  juillet 2008

    Sur la place de la Mairie avec J-J. DUPRAT juillet 200

  • Au Thabor

    Au Thabor en Juillet 2008

  • « Catrike Expédition » avec un Rolhoff et un pédalier Schlumpf Speed drive à l’avant…

    Le Cartrike à travers le Caucase le 11 aoôt 2014

    Le Catrike à travers le Caucase le 11 août 2014

  • Moyeu arrière Rolhoff

    Moyeu arrière Rolhoff

    Après 20 000 kms et un coup de polish, il semble neuf ... !

  • pédalier Schlumpf Speed drive à l’avant 02

    pédalier Schlumpf Speed drive à l'avant 02

  • Arrivée à Osaka le 11 décembre 2014

    Arrivée à Osaka 01

    Un peu perdu avec tous ces kanjis pas facile de trouver sa route .

  • Laurent bivouaque à tokaïdo

    Laurent bivouac tokaïdo

    Asiatrek va vers son but : atteindre le Mont Fuji ; ici bivouac le 14 décembre 2014

20 000 kms en Tricycle couché – Rappel

Posté par LPBSM le 10 juillet 2014

Bonjour,

 

Juste une piqûre de rappel pour ce soir où Laurent sera cité dans le deuxième reportage sur l’Iran sur France 2 :

 

Envoyé spécial sur France 2

Tourisme en Iran : la nouvelle révolution

ispahan-vignette.jpg

D’Ispahan à Persépolis, de Téhéran à Shiraz en Iran, les joyaux archéologiques et les somptueux paysages attirent de plus en plus de voyageurs. Une aubaine pour les tour-opérateurs du monde entier et pour l’économie de ce pays asphyxié par un embargo commercial depuis de longues années.

Le nouveau président modéré Hassan Rohani et sa politique de détente changent peu à peu l’image de ce pays. Une ouverture timide  se fait sentir. Les autorités iraniennes parviendront-elles à faire de la visite l’ancienne Perse un circuit touristique à la mode ?

Nous avons suivi un groupe de voyageurs français, pionniers de cette destination loin du tourisme de masse.
Un reportage de Amira Souilem et Vincent Kelner

 

Amira Souilem  Amira Souilem 02

Amira Souilem

 

Pour vous donner des dernières nouvelles de Laurent, il était il y a quelques heures dans un train pour le Kazakhstan :

train en route vers le Kazakstan

« Dans le wagon couchettes dures vers le Kazakhstan ! Route ignobles…  »
Je vais vers la « Frontière Ouzbeke jusqu’à la caspienne …
Pas moyen de rouler… et entre deux, c’est du sable. Je remonte vers le nord Aktobe pour redescendre… »
Phot et commentaires de Laurent le 10 juillet 2014
.
Son visa pour l’Ouzbékistan expirant le 11 juillet, il n’a sans doute pas pu le faire prolonger et je ne sais même pas s’il a pu réaliser son projet initial qui devait aller vers Noukous via Ourguentch (qui se trouve près de Khiva qui fera l’objet de l’article n°7 septies sur notre blog … en préparation) .  Il avait comme objectif d’aller vers la Mer d’Aral (un véritable désastre écologique), mais l’obligation d’attendre sa carte bleue a sans doute pris trop de temps et il a bien fallu choisir car, comme vous avez pu le lire précédemment, les autorités ouzbek ne semblent pas plaisanter avec les visas .
.
.carte Ouzbékistan 02
.
Bonne soirée à toutes et à tous ceux qui nous lisent .
J.M. MARTIN pour Tricycles Rennais
.
.
.
P.S. :  Pour tous ceux qui auront loupé ce reportage : http://www.france2.fr/emissions/envoye-special, il est particulièrement intéressant car il compare ce que peut voir un groupe de touristes français « encadrés » et ce que peuvent voir des indépendants (Jérôme et Laurent) surveillés mais qui sont hébergés chez l’habitant et qui voient un autre aspect de la population iranienne .  La fin du reportage se termine par un retour sur le groupe dont l’opinion sur l’Iran semble avoir changé ; alors que tous ces gens savent qu’ils sont systématiquement « encadrés » par un guide et une soit-disant traductrice, ils arrivent à croire que l’Iran devient un pays plus démocratique … !  Cela me fait penser aux dirigeants du parti communiste allant visiter l’Union Soviétique de l’époque et revenant en disant que les « goulags » n’étaient que des prisons « normales » !
.
Pour vous rappeler qui est Jérôme :
« J’étais il y a une dizaine de jours dans la célèbre ville du poète perse Hafez avec Jérôme http://www.deuxpassurlemonde.com, un compagnon de route croisé à Erevan pour rencontrer Mohamad Tajeran (*1) , un Iranien assez extraordinaire son site weneedtrees.com   . 
Jérôme rencontré en Iran 04  Jérôme rencontré en Iran 03
Cette rencontre et la balade dans Shiraz devrait faire partie d’un reportage plus large sur le tourisme en Iran, diffusé dans les Carnets de voyage d’Envoyé Spécial sur France 2 cet été. Amira Souilem et Vincent Kelner ont passé quelques jours avec nous. Ils ont été adorables. je vous tiendrai au courant de la diffusion du reportage.
Jérôme rencontré en Iran  Jérôme rencontré en Iran 02
Jérôme rencontré en Iran 05
 
Par rapport au mois passé en 2007, la situation est encore plus détendue… Je vous fais le pari que dans 10 ans ou moins, l’Iran deviendra une destination plus que tendance. A moins qu’un état ne décide qu’il y ait des armes de destruction massive… ?

Depuis, Jérôme est reparti vers de nouvelles aventures.«   Laurent HOUSSIN .

.

   Jérôme rencontré en Iran 08  Jérôme rencontré en Iran 06

Voyage déjà entrepris par Jérôme sur les deux images ci-dessus

Souvenez-vous, cela a été publié en mai 2014 sur notre blog (n°6) ; ce qui signifie qu’il n’a accompagné Laurent que sur une partie du chemin iranien à partir de l’Arménie .

 

 

(*1)  Mohamad TAJERAN en très élégante tenue de cycliste .

Jérôme rencontré en Iran 07

 Un dernier détail :  Je vous ai mis deux photos d’Amira SOUILEM (trouvées sur le net ; ancienne reporter à Fr.2 et Journaliste (in)dépendante à « l’actu »)  mais aucune de Vincent KELMER, réalisateur ((image impossible à trouver … ? (*2))  ainsi qu’Alexandra KOGAN, monteuse (mais il y a trop d’Alexandra KOGAN sur le net) et d’Olivier LEPLAN (aucune image) .

 

(*2) : « Le 27 octobre 2003, Vincent KELNER, journaliste reporter d’images pigiste pour France 2, avait été violemment frappé, à coups de poing et de pied, par deux jeunes hommes alors qu’il était venu à Créteil pour faire un reportage sur une fusillade ayant causé la mort, deux jours plus tôt, d’un jeune homme de 20 ans . Sept jours d’incapacité totale de travail (ITT) lui avaient été reconnus .  A l’audience, le journaliste a expliqué qu’il avait été agressé alors qu’il n’avait pas de caméra .  Interpellé deux jours après, l’agresseur avait reconnu les faits, mais n’a jamais donné le nom de son complice .« 

Ceci pouvant, peut-être, expliquer cela .

 

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

20 000 kms en Tricycle couché n°7 quinquies

Posté par LPBSM le 7 juillet 2014

Bonjour,

 

Nous venons à peine de quitter Laurent dans la vallée de la soie et nous le retrouvons à Samarkand avant le retour à Boukhara, ceci allant de soi .  Ce qui ne va pas de soi c’est de publier sexies avant quinquies

Le « Manouchistan » se déplaçant suivant une logique qui lui est propre et qui s’adapte au terrain et aux impératifs des visas, nous avons parfois du mal à suivre ce qui pourrait paraître comme évident à plus de 5000 kms de distance (à vol d’oiseau) .

Ayant produit l’article n°7 sexies avant celui-ci, nous savons maintenant que le vol de sa carte bleue à Yerevan (Arménie) n’est pas sans conséquences sur la suite  du voyage .

 Yerevan Arménie situation  Yerevan Arménie métro  Yerevan Arménie avec le mont Ararat en hiver

Ci-dessus la ville de Yerevan (en rouge sur la première carte de situation du lieu) avec le mont ARARAT en arrière plan sur la dernière image (http://www.youtube.com/watch?v=jQeFYYOkiMA ) .  

Le 26 avril 2010, un groupe d’explorateurs évangéliques turcs et chinois baptisé Noah’s Ark Ministries International ont annoncé qu’ils pensaient avoir découvert l’arche de Noé sur un sommet de quelque 4000 mètres du mont Ararat. Ils ont affirmé avoir retrouvé des restes en bois de la structure de l’arche dont la datation au carbone quatorze remonterait à 4.800 ans, époque présumée où l’arche aurait navigué .

En novembre 2010, le professeur Randall Price, de la Liberty University (en), une université chrétienne privée américaine, affirme que la « découverte » des explorateurs est une tromperie organisée par l’un des prestataires de Noah’s Ark Ministries International pour soutirer de l’argent à cette dernière, et qu’il a retrouvé les ouvriers turcs ayant aidé à installer l’ « Arche » à partir de débris d’un bateau en bois apportés de Trabzon, sur la mer Noire  .

Yerevan Arménie en 1672  Y Arménie avec le mont Ararat

Ci-dessus, la ville de Yerevan en 1672 et le mont Ararat, sommet culminant à 5 137 mètres .

 

Yerevan Arménie forteresse d'Erebouni reconstitution  Yerevan Arménie forteresse de Erebouni avec écriture cunéiforme

Erebouni est une ancienne forteresse de l’Urartu, bâtie par les rois Argishti Ier et Sarduri II au début du VIIIe siècle av. J.-C., en 782 selon une inscription en écriture cunéiforme sur une dalle de basalte trouvée sur le site, pour « asseoir la puissance du pays et intimider ses ennemis ». Elle se trouve actuellement en Arménie, sur le site d’Arin Berd, situé dans les faubourgs d’Erevan  et a donné son nom à la ville .

 

ancien royaume Mèdes de l'Ourartou sous Sardouri II

Erebouni est tout près du lac Sevan, en haut à droite, sur la carte ci-dessus

 

Mais Laurent a quitté Yerevan depuis longtemps, est passé par l’Iran, le Turkménistan pour arriver en Ouzbékistan aujourd’hui avec les difficultés internationales pour récupérer le petit bout de plastique qui vous permet de payer, sans argent liquide, toutes vos dépenses sur la planète .

Il est donc enfin venu visiter Samarkand

Samarkand médersa.03 par Laurentjpg

Photo prise par Laurent de la Madrasa Sherdor

Madrassah de Shendor 02 prise par Laurent

Régistan, Samarkand 1er juillet 2014

  Madrasah Registan sur la droite  Madrasah Registan 02

L’ensemble du Registan
Au cœur de la ville, c’est l’un des grands points d’attractions culturel de l’Asie centrale. Les trois grandioses madrasa (écoles) qui le composent ont été bâties à partir du XVème siècle. Encore très vivant il y a seulement cinquante ans, le Registan est désormais un pôle touristique organisé.
Sur l’image à gauche ci-dessus vous avez à droite la Madrasah Sherdor et sur la gauche la madrasah Ulug bek avec porte et cour intérieure ci-dessous .
Madrassah Ulug-bek  Madrasah  Ulug-bek cour intérieure
Madrassah Ulug-bek 04  Madrassah Ulug-bek 03

Samarkand plan

Je ne peux que vous conseiller de visiter le blog d’Alice Corbet, qui est anthropologue, mais aussi pour les commentaires,  dont certaines images et texte ont été empruntés pour réaliser cet article :

http://blog.mondediplo.net/2011-02-18-Ainsi-meurt-l-ame-de-Samarcande

gur Amir

Ci-dessus le Gur Amir entouré par le mur le séparant du quartier populaire d’ Iskandarov  et ci-dessous en images .  Le Gour Emir (traduction : tombe de l’émir) occupe une place importante dans l’histoire de l’architecture persane .  Il est en effet le précurseur et le modèle des grandes sépultures mogholes, comme le tombeau de Humayun à Delhi ou le Taj Mahal à Āgrā .  Il fut aussi la source d’inspiration principale de Nicolas Vassiliev pour la mosquée de Saint-Pétersbourg en 1910 .

Mausolée Gour Emir  Mausolée Gour Emir 02

le Gour Emir, est le mausolée où repose Tamerlan

Mausolée Gour Emir 03 situation

Je ne peux que vous conseiller d’aller visiter le diaporama de : http://www.tripadvisor.fr/Attraction_Review-g298068-d317892-Reviews-Gur_Emir_Mausoleum-Samarkand_Samarqand_Province.html#LIGHTBOXVIEW

Vous pourrez visiter le mausolée du Gur Emir avec des images sublimes des plafonds et de la porte principale que je vous avais fournies lors de l’article n°7 en fin d’article .

Pour terminer sur Samarkand, je vais juste vous fournir quelques photos du Mausolée de Shah-I-Zinda …

Mausolée de Kasisade Rumi  Nécropole de de Shahr-I-Zindah (Shah Sinda)  Mausolée de Shah-I-Zinda

Mausolée de Shah-I-Zinda détail porte  Mausolée de Shah-I-Zinda détail colonne    Mausolée de Shah-I-Zinda détail porte 02

même si je ne suis pas exhaustif sur le sujet (je passe sur la mosquée de Bibi Khonim, le grand bazar et le musée d’archéologie) .

Mais je ne tiens pas à vous saturer d’informations et de photos .

Nous devrions nous déplacer dans le prochain article, j’entends par là le véritable n°7 septies, sur Noukous et sur Khiva si Laurent en a le temps .

l'enregistrement

« L’enregistrement, la chose la plus désagréable de l’Ouzbékistan ».

Bonne soirée à toutes et à tous .

J.M. MARTIN pour Tricycle Rennais

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

20 000 kms en Tricycle couché n°7 sexies

Posté par LPBSM le 6 juillet 2014

Bonjour,

Je viens juste de recevoir un courriel de Laurent et pour ne pas vous frustrer de ses nouvelles, je vais publier le n° 7 sexies (6) alors que le n°7 quinquies (5) sur Samarkand  n’est pas encore écrit .

 carte Ouzbékistan 01

« Hello ! Ce petit message depuis Boukhara en Ouzbékistan pour vous dire que le reportage effectué par Amira Souilem et Vincent Kelner sera diffusé ce jeudi 10 juillet sur France 2 dans Envoyé spécial.
Ce docu est consacré au Tourisme en Iran : la nouvelle révolution. « Le nouveau Président modéré Hassan Rohani et sa politique de détente change peu à peu l’image de l’Iran. Une ouverture timide se fait sentir et l’un des défis des autorités iraniennes, c’est de faire de l’ancienne Perse, l’une des destinations à la mode. D’Ispahan à Persépolis, de Téhéran à Shiraz, les joyaux archéologiques et les somptueux paysages attirent de plus en plus de voyageurs. Une aubaine pour les tour-opérateurs du monde entier et l’économie de ce pays asphyxié par un embargo commercial depuis de longues années. »

Cette rencontre s’est faite par le biais de Clo et Clem, mes amis Bretons et voyageurs :

http://untoursurterre.fr/clo-clem/

Si vous voulez découvrir un peu Amira Souilem, vous pouvez la découvrir dans l’intro de l’épisode 4 de la saison II d’Asiatrek. Depuis le début, je demande a une jeune femme de présenter à chaque fois l’épisode dans une langue différente. Après l’Arménien, l’Islandais, le Farsi, voilà l’Arabe.

https://www.youtube.com/watch?v=YYeYrjNwZew

Un grand merci à elle et à Vincent pour leur gentillesse !

Ma nouvelle carte bleue, remplaçant celle dérobée à Yerevan n’est toujours pas arrivée. Partie de France le 25, elle est en standby à Tashkent (pas de livraison quotidienne vers Boukhara). Bref, ce léger contretemps, je l’espère, sera réglé avant l’expiration de mon visa (Le 11 juillet). Je ne suis pas certain de pouvoir étendre mon visa ouzbék.

Pour résumer, avec un visa bientôt expiré en l’absence possible d’extension, je vais devoir mettre le vélo dans un camion et filer vers le Kazakhstan. C’est galère.
C’est dommage car les vents me sont favorables… Plutôt que de prendre la route la plus logique vers l’est, il est plus intéressant pour moi de calculer ma route en fonction des vents dominants, d’où ce passage programmé vers le Kazakhstan. Deux longs bords de plusieurs centaines de kilomètres le long du désert du Kyzylkoum .

  désert du Kyzylkoum

(en ouzbek Qizilqum, en kazakh Қызылқұм, qui signifie littéralement « sable rouge ») est un désert partagé entre le Kazakhstan, l’Ouzbékistan .

J’ai bien senti qu’il était vain de lutter contre ce vent dans mon cas. Je me suis fait retourner à deux reprises lorsqu’une petite tempête de sable s’est rappelée à mon bon souvenir… En revenant en France, je modifierai le système de voile afin de prendre des ris et ainsi réduire la voilure en cas de gros vent…. Lors du second jour de la tempête Christian, en octobre, en France, j’avais pu déposer la voile et le whishbone sur la remorque. La remorque ayant été offerte en France, je n’ai pas pu démâter…

Retour à Boukhara 01

La fin du voyage iranien s’est soldée par une infection au sinus droit ; j’étais en trop mauvais état pour reprendre la route le premier jour de validité de mon visa Turkmène. J’ai roulé un peu et devant le temps qui tournait, j’ai abrégé mes souffrances en terminant le voyage en taxi…  96 heures pour près de 500 km à rouler, c’était trop juste. J’ai été aussi un peu écoeuré de n’être qu’une vache à dollars pour les Turkmènes. C’est dommage car le pays mérite que l’on s’y balade. La vision de ces grandes et belles femmes, marchant avec leurs ombrelles dans les rues de Mary, a quelque chose d’étonnant. C’est comme si elles marchaient sur un fil de fer invisible, habillées de robes longues et moulantes.

Cette vision un peu irréelle tranche avec le comportement de quelques chauffeurs de taxi dans leurs grosses Toyota Camry qui espèrent susciter l’envie de prostituées en mimant d’un geste obscène l’acte sexuel avec leurs doigts. Rajoutez les portraits de l’omniprésent président, la vision des rangers turkmènes que l’on croirait sortis d’une guerre en amérique centrale avec leurs drôles d’uniformes, la musique turkmène avec des guitares donnent parfois l’impression de rouler sur des routes mexicaines… Voilà, c’est un pays étrange. Je m’étais renseigné pour obtenir un visa de tourisme, mais il était difficile de voyager pendant dix jours pour moins de 2000 dollars. Bref, J’ai peu d’images du Turkménistan, ma carte SD ayant planté, je ne peux pas récupérer les fichiers vidéos…
Les autres images proviennent en majorité d’Ouzbékistan, en attendant la finalisation du site web, elles sont à voir sur la page Facebook. https://www.facebook.com/pages/Asiatrek-le-vaisseau-des-steppes/305691752778572

J’ai délaissé un temps le vélo pour le train et les bus afin de me balader vers Tashkent et la vallée du Ferghana puis Samarkand en attendant l’arrivée de ma carte bleue.

carte de Tachkent à Margilon 03

Vallée de Ferghana 03

« L’Ouzbékistan est le troisième producteur mondial de soie et Margilan, le centre traditionnel de cette industrie. La visite de la fabrique de soie Yodgorlik permet de découvrir toutes les étapes de la fabrication.
Margilan existe sans doute depuis le premier siècle avant JC. . Pendant des siècles, ses clans de marchants jouèrent un rôle clé dans le commerce en Asie centrale et dictèrent leurs propres lois ; même durant la période soviétique, la ville était le centre du marché noir en Ouzbékistan. Margilan est aussi l’une des villes les plus religieuses du pays.
On n’a pas l’impression d’être dans une vallée, mais sur un  immense plateau avec les chaînes de montagnes environnantes, les Tan Shan au nord et le Pamir Alaî au sud. Mais ces sommets spectaculaires sont enveloppés d’un brouillard dû à la pollution de la région la plus peuplée et la plus industrialisée d’Ouzbékistan. »  extrait de : http://www.31vinso.com/mapage3/index.html

Je vous laisse cette photo et ce sourire énigmatique d’une femme ouzbèque…  croisée sur le marché de Margilon, dit Sohreber, dans la vallée du Ferghana, puis une dernière de l’ébouillantage des vers à soie pour en extraire le précieux fil. Chaque cocon permet de tirer 1 km de soie…

 
 Retour à Boukhara 02

Sohreber, marché de Margilon, vallée du Ferghana, dimanche 29 juin 2014

 

Retour à Boukhara 03

« Le filage de la soie, pendant que les cocons sont ébouillantés, les fils d’une douzaine de cocons sont rassemblés pour ne former qu’un. Margilon, vallée du Ferghana, 30 juin 2014″

Vers Ferghana 05

Une fois ma carte bleue récupérée, si je peux étendre mon visa, j’effectuerai deux longs bords de plusieurs centaines de kilomètres vers le Kazakhstan puis le Kirghizistan. Le premier serait idéalement de Boukhara vers Nukus… les vents de travers sont idéals…

Voilà, je termine d’écrire ces mots à Boukhara en espérant récupérer ma carte au plus tôt !
Laurent » .

 

Retour à Boukhara 04

Je vais clore cet article en vous signifiant que je suis devenu, un peu malgré moi, l’assistant de Laurent (Skynet posant sans doute des problèmes … ?) mais je n’en éprouve aucune pénibilité car j’aime sa façon d’aimer les « autres » .  Si chacun était capable de faire ce qu’il a fait pour accompagner ses parents en fin de vie, l’humanité deviendrait vraiment « humaine » .  J’éprouve beaucoup de respect pour ce « Monsieur » .

Bien cordialement .

J.M. MARTIN pour Tricycles Rennais

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

2000 kms en Tricycle couché n°7 quater

Posté par LPBSM le 5 juillet 2014

Bonjour,

 

Laurent vient de quitter Tachkent (la cité de pierre) pour la vallée de Ferghana :

Vers Ferghana 04

« Pour ceux qui se demandent où je suis… Je vais aux confins de l’Ouzbékistan, là où les mûriers poussent et attirent le bombyx du mûrier. Ce papillon un peu con con va servir à faire de la soie… Pourquoi je ne vais pas par là en direct ? Tout simplement car je préfère passer par les steppes et que je dois encore visiter Samarkand et Khiva… « 
.
.
Vallée de Ferghana 03  Vers Ferghana 03
.
Maintenant, je vais devoir faire quelque chose que  je ne fais jamais, vous retranscrire littéralement un article de  http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/heritage-sovietique/ferghana.shtml

Pollution chimique en Asie centrale : la vallée de la Ferghana

 

Carte des principaux sites pollués en Russie et en Asie centrale.
© © La Documentation française

 Vallée de Ferghana 01

Sommaire

 

Région de Maïlii-Suu, Kirghizstan, où les déchets radio-actifs des anciennes mines d’uranium risquent de contaminer le bassin de la rivière Syr Darya

© OSCE

 

Pendant toute la période soviétique, l’Asie centrale a été surexploitée pour répondre aux besoins de toute l’URSS, et non seulement de la région elle-même. La pollution qui en est résultée est tout aussi disproportionnée. La vallée de la Ferghana est une véritable poudrière environnementale s’étendant sur trois pays : l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Kirghizstan. Sur ce territoire de 300 km de long et 70 km de large vit le cinquième de la population d’Asie centrale, soit la moitié des 4 millions de Kirghizes, 30 % des 6,5 millions de Tadjiks, et 27 % des 26,4 millions d’Ouzbeks, alors qu’il ne représente que 4,3 % de la superficie de l’Ouzbékistan. Cette forte concentration humaine ajoutée à un sous-sol particulièrement riche en minerais de toutes sortes explique que du temps de l’Union soviétique, la vallée ait été fortement industrialisée. A la chute de l’URSS, la plupart de ces sites ont été fermés et laissés à l’abandon, ou, au mieux, ont périclité victimes d’une technologie dépassée. Mais les résidus chimiques et radioactifs de plusieurs décennies de transformations polluantes y restent stockés, sans avoir été décontaminés et le plus souvent sans aucune protection. A cet héritage très lourd viennent s’ajouter les menaces de catastrophes naturelles dans une zone géologiquement instable confrontée fréquemment à des tremblements de terre, glissements de terrain et pluies diluviennes qui démultiplient les risques de crises écologiques graves. Entre 1994 et 2004, les catastrophes naturelles, principalement dues à des crues soudaines, ont causé la mort de cinq cents personnes et coûté 300 millions de dollars.

Déchets radioactifs

Immédiatement après la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Asie centrale soviétique qui regroupe cinq républiques aujourd’hui indépendantes, le Kazakhstan, le Kirghizstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan, devient un terrain de prédilection en matière nucléaire car elle disposait d’un sous-sol riche en uranium.

  • Taboshar au Tadjikistan

La plupart des mines d’uranium d’Asie centrale se sont épuisées à partir des années 1970, mais les installations ont continué à traiter de l’uranium importé comme ce fut le cas pour la mine à ciel ouvert de Taboshar au Tadjikistan située à 60 km au nord de Khodjand près de la frontière avec l’Ouzbékistan. Au plus fort de son activité, dans les années cinquante, le site couvrait 400 hectares et employait 10 000 personnes. La mine a été fermée définitivement en 1973 et laissée en l’état. Aujourd’hui rien n’en délimite l’entrée ni les contours. C’est un vaste trou au fond duquel les eaux de ruissellements ont formé un lac où on se baigne l’été. Trois terrils de plusieurs millions de tonnes sont formés par le minerai mis au rebut, car trop pauvre en uranium. Leur radioactivité est 25 fois supérieure à la radioactivité naturelle. Une école et plusieurs fermes se situent dans cette zone, des animaux se nourrissent d’herbe contaminée et toute la chaine alimentaire s’en trouve affectée.
A une dizaine de kilomètres de la ville de Khodjand se trouvent les décharges provenant du traitement de l’uranium ; sachant qu’une tonne de minerai génère une tonne de déchets solides et deux de déchets liquides, radioactifs dans les deux cas, ce sont 20 millions de tonnes de déchets qui reposent à l’air libre.

  •  Maïlii-Suu au Kirghizstan

 

Collines de déchets d’uranium, à Maïlii-Suu, Kirghizstan

© IRIN

 

Vestige de la guerre froide, entre 1,5 et 2 millions de m3 de déchets radioactifs selon les estimations, sont stockés à proximité de la petite ville de Maïlii-Suu, dans 23 dépôts résultat du traitement de l’uranium extrait des mines alentour, de 1946 à 1967. La rivière qui passe à proximité a emporté en avril 2005 un mur de béton qui protégeait un dépôt. Zone sismique, la vallée est perpétuellement sous la menace d’un tremblement de terre et d’inondations qui peuvent à tout moment entrainer les substances radioactives dans la rivière, puis vers le Syr Daria, qui alimente le système d’irrigation de toute la région. La zone qui était sous haute protection de l’armée du temps de l’Union soviétique est, depuis le départ de cette dernière, laissée sans surveillance aucune et les hommes et leur bétail s’y promènent tranquillement malgré des radiations atteignant par endroit 75 fois la norme maximale admise. La population locale a déjà payé un lourd tribut à cet environnement radioactif.
On estime qu’il y a ici plus de cancers, de maladies coronariennes et de mortalité infantile qu’ailleurs, mais aucune étude médicale n’y a jamais été menée. La communauté internationale a débloqué dix millions de dollars pour des travaux qui, commencés en 2006 devraient s’achever en 2010. Si les responsables locaux du ministère des situations d’urgence saluent cet effort, ils vivent dans la crainte qu’un accident ne survienne avant que l’ensemble soit sécurisé.
Pour toute l’Asie centrale, le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a répertorié pas moins de 14 sites radioactifs semblables à celui-ci, dont neuf au Tadjikistan et au Kirghizstan.

 Ferghana 01

Carte de la pollution industrielle et radioactive dans la vallée de la Ferghana, avril 2005

envsec.org © V. Novikof et P. Reckacewicz/UNEP/GRIP-ARENDAL

 

Pesticides : dépôts de Kanibadam au Tadjikistan

De 1973 à 1989, on y entreposait les pesticides nécessaires à l’agriculture. Mais la région en recevait en quantité bien supérieure à ses besoins et le surplus a été enfoui là, puis abandonné. On estime à 3 000 tonnes la quantité de pesticides enterrés ici sur quatre mètres de profondeur.et recouvert de cinquante centimètres de graviers depuis longtemps érodés. Ces produits contiennent du DDT, des arséniates et du phosphore. Aucun grillage, ni aucun panneau n’interdit l’accès à la zone. Le fond de la décharge n’est pas étanche et rien ne dit que la nappe phréatique qui fournit la ville de Kanibadam en eau potable, bien que située à 100 mètres de profondeur, ne soit un jour contaminée. Les pluies diluviennes y sont à l’origine de fréquents glissements de terrain et pour sécuriser l’endroit, afin d’éviter que les pesticides ne se déversent un jour ou l’autre sur la ville, il faudrait construire un sarcophage, mais là encore les moyens font défaut.

Antimoine et mercure : usine de Kadamjai au Kirghizstan

 

Une des fréquentes coulées de boue dans le sud du Kirghizstan, avril 2007

© PNUD

 

Construite en 1936 et toujours en activité, elle employait 10 000 personnes et produisait entre 18 000 et 20 000 tonnes d’antimoine par an dans les années 1970, soit 15 % de la production mondiale, ce qui la plaçait au quatrième rang.
Les produits usagés provenant des différentes phases de traitement sont stockés dans plusieurs bassins situés à une dizaine de kilomètres du site. Ces rejets contiennent 300 grammes de composants sulfurés par litre. Or les bâches isolantes sont détériorées et les liquides toxiques s’infiltrent dans le sol.
Ces dépôts toxiques représentent un danger d’autant plus grand qu’ils surplombent la frontière avec l’Ouzbékistan derrière laquelle se situent plusieurs villages. Là encore le risque majeur peut provenir de pluies très fortes qui feraient déborder les réservoirs ou provoqueraient des torrents de boue. Ainsi en 1998, en amont de Kadamjai, une coulée de boue a fait une centaine de victimes mais a évité de justesse les réservoirs, épargnant une catastrophe majeure à toute la vallée.
Après avoir périclité dans les années 1990, l’usine a été rachetée en 2005 par des investisseurs russes et kazakhs qui doivent la moderniser, mais dont la seule obligation environnementale consiste à ne pas dégrader davantage le site.
Cette situation est commune aux cinq pays d’Asie centrale : l’Etat n’est pas en position de négocier et de larges avantages sont accordés aux repreneurs. Autre exemple, celui de Mittal Steel au Kazakhstan, qui, en rachetant en 1995 le site métallurgique de Karaganda (Karmet), a obtenu un moratoire de dix ans pour appliquer les normes environnementales. Ainsi, il ne sera pas tenu responsable de la pollution au mercure de la Noura.

Rapports à consulter :

Mis à jour le 01/09/2007

 

 

La justification est que, parfois, cette liaison ne s’ouvre pas et qu’il me semble important que vous puissiez être informé sur l’empoisonnement sciemment décidé par des êtres humains de leurs congénères pour de sordides histoires de profits .

Laurent va reprendre le bus, mais nous aborderons la suite dans le n°7 quinquies .

Vers Ferghana via Margilon

A très bientôt

J.M. MARTIN pour Tricycles Rennais

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

20 000 kms en Tricycle couché n°7 ter

Posté par LPBSM le 5 juillet 2014

Bonjour,

 

Nous continuons notre périple à Tachkent en compagnie de Laurent HOUSSIN .  Ci-dessous deux photos du métro de Tachkent prises par Laurent .

Tachkent métro Métro de Tashkent, station Ghafur Ghulon, 1er juillet 2014

Station Ghafur Ghulon, 1er  juillet 2014

 

Cher Laurent, tu as dû le lire partout … interdiction de prendre la moindre photo dans le métro de Tachkent avec une grosse chance de se faire contrôler par l’armée, car le métro a été prévu dès le départ comme un abri anti-atomique éventuel, par les russes .  Certaines stations sont superbes, certes mais elles n’en reste pas moins un terrain militaire géré par les institutions militaires (cinq ou six soldats dans chaque station quotidiennement) !
Inutile de vouloir jouer au gros futé qui n’est pas au courant, car on risque des « emmerdements » à tous les coups .  Laurent, dans son « Manouchistan », semble être passé à travers les gouttes ; ci-dessous des photos récupérées sur internet :

Tachkent métro 01  Tachkent métro 02  Tachkent métro 03

Le métro de Tachkent est le seul d’Asie Centrale, et existe depuis 1977 .  Il y avait alors deux lignes de 15 kms .  Depuis l’indépendance, les habitants de Tachkent disposent d’une troisième ligne de métro .  Ce métro est l’un des plus beaux du monde comme une grande partie des métros issus de l’ère soviétique, mais quand même moins luxueux que celui de Moscou .

Tachkent métro 04

Nous allons maintenant remonter vers la place de l’indépendance (le n° 7 bis s’étant terminé sur la place Amir Timur) .

Tachkent marché Corsu ou tchorsu plan

Juste un rappel de la carte pour vous faire voir que nous sommes tout près de la place de l’indépendance (20 juin -31 août 1991 http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMEve?codeEve=616 )  :

Tachkent place de l'indépendance 01  Tachkent place de l'indépendance 02

On commence la visite par l’Arche de l’Indépendance .

Tachkent place de l'indépendance 06  détail  Tachkent place de l'indépendance 07  détail

En gros plan les oiseaux du paradis … car la cigogne est un symbole de paix !

  Tachkent place de l'indépendance 12  monument et globe terrestre  Tachkent place de l'indépendance 09 monument et globe terrzstre

L’Arche de l’Indépendance (L’Arche Ezgulik « L’Arc des bonnes et nobles Aspirations ») est un monument en argent se situant à l’entrée de la Place .
L
e Monument de l’Indépendance avec son globe en or se dresse sur la Place depuis 1992 et représente le retour de l’Ouzbékistan au statut de pays indépendant .   Le monument de la « Mère Heureuse » y a été ajouté en 2006 par le sculpteur Ilhomom Kamolom Dzhabbarovymi (en arrière plan sur la première photo ci-dessus et en premier plan sur la seconde photo, troisième et quatrième ci-dessous ) .


Tachkent place de l'indépendance 10  monument et globe terrestre  Tachkent place de l'indépendance 11  monument et globe terrestre

Il représente un globe terrestre où seul l’Ouzbékistan est représenté .  Au moins, c’est simple comme ça !
Sous le globe, c’est la statue de la Mère Heureuse qui a toujours son pendant la Mère Triste .  « En bref, c’est moche, grandiloquent, sans charme et pompeux ! » (dixit le rédacteur de vazyvite.com) .

Tachkent place de l'indépendance 06 et scénat  Tachkent place de l'indépendance 07 et scénat

C’est sur la Place de l’Indépendance que nous allons trouver les différents édifices associés au pouvoir .  Les grands événements de la ville y avaient lieu jusqu’en 2005, date à laquelle le nouveau Sénat fut inauguré, en remplacement de l’ancienne Chambre des Députés .  Le Sénat actuel est composé de 120 députés et d’une centaine de sénateurs .  Chaque région possède 6 sénateurs, 16 sont nommés par le président .  Les sénateurs peuvent être des spécialistes ou des scientifiques, tous élus pour 5 ans .

.

 Tachkent 50 ans d'évolution de la place de l'indépendance   Tachkent place de l'indépendance 03 et scénat

50 ans d’histoire de la place de l’indépendance dont l’évolution est ici grandement affichée

Sénat construit en 2005

.

Nous allons quitter la place de l’indépendance pour remonter vers le nord-ouest, recroiser les coupoles du Marché de Chorsu et arriver sur cet énorme complexe religieux comprenant plusieurs mosquées, médersas ou madrasas, et un nombre impressionnant de mausolées ((Ce terme tire son nom du magnifique tombeau construit en l’honneur du roi Mausole de Carie (mort en 353 av J.C.) par sa femme Artémise, à Halicarnasse en Asie Mineur (aujourd’hui Bodrun en Anatolie, Turquie) .  Ce mausolée fut mis au nombre des Sept Merveilles du monde dont il ne reste que peu de vestiges sauf de façon parcellaire au British Muséum de Londres .)) .

.

 

Tachkent complexe Hasti Imam 01  Tachkent complexe Hasti Imam 03

Ce complexe religieux Hasti Imam est immense  avec comme monument dominant le minaret Khazrati Imam, la mosquée du Vendredi (1788) ou mosquée Tellia Cheikf , l’annexe à droite sur la première image, renfermant le grand Coran d’Othman, le plus ancien du monde, avec des taches de sang du calife (effacées maintenant) et qui a été assassiné en 655 ; (http://oumma.com/17051/magnifique-un-exemplaire-original-coran-calife-othman) 1887 feuillets pesant 80 kgs !

Coran 02  Coran 01

C’est Tamerlan qui le fera exposer à Samarcande ; mais il sera volé par les russes qui vont le rendre après la révolution .
Depuis 1989, il est gardé précieusement dans cette mosquée .

Tachkent complexe Hasti Imam 05 intérieur de la bibliothèque de la mosquée Tellia Cheikh Tachkent complexe Hasti Imam 08 intérieur de la bibliothèque de la mosquée Tellia Cheikh

Intérieur de la Bibliothèque de la mosquée Tellia Cheikh

Tachkent complexe Hasti Imam 06 intérieur de la bibliothèque de la mosquée Tellia Cheikh Tachkent complexe Hasti Imam 07 intérieur de la bibliothèque de la mosquée Tellia Cheikh

Cette place est aussi connue comme la place Khast Imam   .

Tachkent complexe Hasti Imam 02  Tachkent complexe Hasti Isman Mosquée Nomosgokh

Sur cette place se trouve aussi la mosquée Nomozgokh  (Ci-dessus sur la droite)  .

Sur cet immense complexe, on peut voir la mosquée dédiée au GENERAL JURABEK (1839-1906) qui fut le seul général ouzbèk  intégré dans l’armée russe .

Tachkent Grande Mosquée Jurabek

Il est traditionnellement reconnu comme un descendant d’Amir Timur pour le peuple ouzbek même s’il fut en 1870 le défenseur des valeur du Turkestan, et en tant que fin lettré, collectionneur de manuscrits anciens réunis dans une grande bibliothèque qui lui permit d’être un représentant considéré du Congrès International des Orientalistes à Saint-Pétersbourg en 1876 .

Tachkent général Jurabek 01  Tachkent général Jurabek 02

.

Sur un plan purement politique :

1917 : révolution russe.

1924 : création des Républiques socialistes soviétiques d’Asie centrale.

1930-1940 : la collectivisation et les purges organisées par Staline entraînent une hécatombe dans toutes les républiques d’Asie centrale.

1939-1945 : l’Asie centrale est mobilisée pour l’effort de guerre. De nombreuses industries d’armement y sont créées pour subvenir aux besoins de l’Armée rouge.

1966 : Tachkent est rasé par un tremblement de terre.

1991 : effondrement de l’Union soviétique. L’Ouzbékistan, comme les quatre autres républiques d’Asie centrale, proclame son indépendance. Islam Karimov devient le premier président de la république d’Ouzbékistan.

8 décembre 1992 : adoption de la Constitution d’Ouzbékistan.

1995 : Le mandat d’Islam Karimov est prolongé de cinq ans.

Février 1999 : un attentat perpétré par le MIO (Mouvement islamique ouzbek) vise le président Islam Karimov à Tachkent. On dénombre 13 morts.

Août 1999 : l’armée ouzbek contre un raid du MIO dans la vallée de Ferghana.

2000 : Islam Karimov est réélu avec 91 % des suffrages.

Août 2000 : nouveau raid du MIO mené sur la vallée de Ferghana. Des combats ont lieu à moins de 50 km de Tachkent.

Mai 2003 : visite à Tachkent d’une délégation de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.

11 septembre 2001 : attentats contre le World Trade Center et le Pentagone aux Etats-Unis.

2002 : réélection d’Islam Karimov à la tête du pays. Intervention américaine en Afghanistan.

2004 : nouveaux attentats à Tachkent, au bazar de Chorsu.

Mai 2005 : répression sanglante d’une manifestation à Andijan. Revirement dans la politique d’Islam Karimov qui réduit ses contacts avec l’Occident et se tourne vers la Chine et la Russie.

Janvier 2006 : réélection d’Islam Karimov à la présidence de l’Ouzbékistan avec 90 % des suffrages.

Décembre 2008 : l’Ouzbékistan abolit la peine de mort.

Décembre 2009. Elections parlementaires. Pour la première fois dans l’histoire politique du pays, 15 sièges reviennent au mouvement écologique (branche issue du parti majoritaire).

Avril 2010. Des émeutes sanglantes au Kirghizistan, probablement organisées par l’ex-président kirghize Kurmanbek Bakiev, visent la communauté ouzbek de la vallée de Ferghana. On compte des centaines de morts et des dizaines de milliers de réfugiés.

Octobre 2011. La visite de Hillary Clinton en Ouzbékistan marque une nouvelle phase d’adoucissement des relations entre l’Ouzbékistan et les Etats-Unis.

2012. De manière assez brutale, Gulnara Karimova, la fille aînée du président Karimov, devient la cible de plusieurs actions en justice dont même la presse française se fait l’écho. Été 2012 : un de ses comptes bancaires en Suisse est saisi après qu’elle a essayé d’en retirer 500 000 euros. Une enquête est ouverte pour blanchiment. En octobre, une nouvelle enquête est ouverte sur un possible blanchiment lors de l’achat de l’appartement de l’animateur Arthur, à Boulogne, pour une valeur de 30 millions d’euros.

Décembre 2012. Gulnara Karimova fait encore parler d’elle en enregistrant en Ouzbékistan un duo avec Gérard Depardieu dans lequel l’acteur français récite des poèmes écrits par la fille du dictateur. Ce sera la dernière tentative de Googoosha de redorer son blason.

Novembre 2013. On assiste à un épisode de Dynastie à Tachkent. Gulnara Karimova, pressentie pour succéder à son père, mais haïe de l’oligarchie ouzbek et en particuliers des pontes du SNB (ex-KGB), n’en finit plus de descendre aux enfers. Confisquées ses licences télé et radio, confisquée une partie de sa fortune, la fille aînée des Karimov est enfermée chez elle sous haute surveillance. Reprise en main paternelle tardive de son éducation ou coup de sang des services secrets qui dirigent une bonne partie du pays ? Malgré tout Gulnara Karimova conserve de puissants soutiens et n’a certainement pas dit son dernier mot, même si son compte Twitter a été fermé !

Janvier 2014. Le président Karimov, qui n’a théoriquement aucun moyen constitutionnel de se présenter une nouvelle fois à la présidence du pays, reporte les élections présidentielles à 2015. On parle de mauvaises conditions météorologiques…

 

Laurent va quitter Tachkent pour aller visiter la vallée de Ferghana où le ver à soie prédomine et fait vivre la majorité des gens du lieu (Laurent aime bien avoir un verre à lui car, en général, prendre un verre assoit) .

Vers Ferghana 01

Mais cela fera l’objet de l’article suivant .

Bonne journée à toutes et à tous .

J.M. MARTIN pour Tricycles Rennais

.

P.S.:  Certaines images proviennent de l’excellent site de Jean-Luc sur le sujet :  http://www.vazyvite.com/html/Ouzbekistan/tashkent.htm

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

20 000 kms en Tricycle couché n°7 bis

Posté par LPBSM le 25 juin 2014

Bonjour,

Je vous avais bien prédit que la suite devrait vite arriver et cela se confirme .  Je m’étais également étonné que Laurent, de Boukhara, n’aille pas vers Samarkand et Tachkent ; la réponse vient de tomber en image :

  Samarkand 01  Samarkand 02

« Retour au fondamentaux du voyage léger ! 23 litres, ça suffit ! » , « Yeah ! 5d MBA 11.. 3 to data, water, sleeping bag, boxer & spare socks, teethbrush »  (sleeping bag = sac de couchage ; spare socks = chaussettes de rechange ; toothbrush = brosse à dent ;   « boxer » pour Boxer-short = short de sport intégrant un slip et water = eau) .
.
.

L’hôtel Voxal ne représente pas un grand intérêt touristique sinon qu’il est situé près de la gare de Boukhara qui permet d’aller à Samarkand .  Ayant réduit son bagage à minima, il prend le train de nuit pour s’y rendre .

A mon grand étonnement, peu d’images de Samarkand mais peut-être les réserve-t-il pour « Carnets de voyage d’Envoyé Spécial sur France 2″ ?

En revanche quelques images sur Tachkent :

Tashkent - marché Chorsu  Tashkent - marché de la viande à Tashkent

« J’aime beaucoup l’ambiance qui règne au bazar chorsu » .  « Marché de la viande et des produits laitiers dans le « rungis » ouzbèk  » .
.
Tashkent - repas.
« Unités de comptage… La boisson de la journée sera la théière à 1000 soums, le repas sera constitué d’abricots à 2000 soums le kilos .  Si le thermomètre reste à 38 degrés, je ne fréquenterai pas beaucoup les wc à 300 soums .  Bizzze de Tashkent ! »
.
Le Sum ou Soum (en ouzbek : Soʻm, ce qui veut dire « pur ») est la monnaie de l’Ouzbékistan .  Le sum a été mis en circulation le 1er Juillet 1994 en remplacement du sum-coupon temporaire (au taux de 1:1000) au design simpliste, qui avait lui-même remplacé le rouble soviétique en novembre 1993 .  Le taux de change du sum varie aux alentours de 2119 sums pour 1 ou 1492 sums pour 1 $US (août 2009) .
.
.

Laurent n’avait pas le temps d’aller à Tashkent via Samarkand en tricycle, qu’il a sans doute laissé à Boukhara .  Ces dernières informations datent de 13hs.  .

Donc, après déduction logique, après Tachkent, retour en train vers Boukhara et reprise du tricycle pour aller vers Noukous et la mer d’Aral .

carte du Turkménistan 01

La suite ne sera pas diffusée avant mardi prochain ; voilà pourquoi je publie rapidement ce début d’article .

A bientôt …

Mardi 1er Juillet 2014 :

Les réponses à mes questions ne se sont pas fait attendre .  Laurent n’est pas passé par Samarkand mais est allé directement à Tachkent (« Tach » veut dire « pierre », « Kent », « ville ») :

 Tachkent marché Corsu ou tchorsu plan

Ci-dessous la grande coupole du grand marché Chorsu ou Tchorsu (extérieur et intérieur) .

Tachkent marché Corsu ou tchorsu 01  Tachkent marché Corsu ou tchorsu 02  Tachkent marché Corsu ou tchorsu 04  Tachkent marché Corsu ou tchorsu 03

Le coin des épices et celui de la viande

Tachkent marché Corsu ou tchorsu 05  Tashkent - marché de la viande à Tashkent 02  Chorsu Tashkent - marché de la viande au rez de chaussée

Ces 7 coupoles de béton illustrent fort bien l’influence russe sur cette ancienne « république » de l’URSS . Elles ont été réalisées sur cet ancien marché, il y a 150 ans et restaurée en 1980 .  Ce marché est immense et on y trouve aussi bien de l’alimentaire que des vêtements, des tapis, des accessoires et des restaurants sous ces coupoles .  Le bâtiment à deux niveaux et est une construction soviétique dérivée de la tradition du labyrinthe d’échoppes couvertes pour parer aux ardeurs du soleil .  On trouve à l’étage supérieur les fruits secs et les oléagineux (noix, etc…), tandis que l’étage du bas est réservé aux fruits et légumes frais, aux herbes et aux épices .  A l’extérieur sont installés les marchands de tapis, de châles ou de mules, ainsi que les vendeurs de charcuterie et de « chachliksé (les brochettes locales) Chahlyks .

Marchand de chachlyks, Kogon, 26 juin 2014.

 

Tachkent Chorsu les sept domes

Tachkent restaurants du marché Chorsu

Chorsu signifie « 4 chemins » ou « croisement » et les marchands de tous les pays y venaient depuis des siècles ( plus de 2000 ans) en suivant la route de la soie .  « Suq » en langue arabe signifie bazar ; d’où le nom de Chor »su » qui est dérivé d’anciennes formes de « Chor, “Chorsuk”, “Chorbozor” . On le connait aussi sous le nom d’ Eski Juva bazaar ( vieille tour ) du nom d’une ancienne tour construite au XIXème siècle sur la citadelle pour protéger le bazar maintes fois détruit par les diverses invasions de la ville mais, comme le phénix, renaissant de ses cendres .  On retrouve le nom d’Eski Juva dans d’autres républiques .

Il s’appelait « Marché d’Octobre » au temps de l’URSS .

Tachkent l'entrée de la grande coupole du bazaar Chorsu  Tachkent Chorsu entrée

Ci-dessus le grand escalier (photo de droite) menant à la grande coupole et à côté, l’entrée d’une des petites coupoles .  Le grand panneau « Elga Xizmat » est le nom de la société qui gère les sept marchés .

Tachkent Chorsu les sept domes 02  Tackent Chorsu les pains

.

Laurent sur Tachkent, nous a envoyé une photo de la photo de la statue d’Amir Timur (Amir Timour (Tamerlan), était le chef d’un clan turco-mongol qui abattit, en 1363, la puissance mongole .  Selon la légende, il perdit l’usage de l’une de ses jambes d’où son surnom, « Timour le boîteux » (Timur lang), qui lui resta .  Il se proclama roi de Transoxiane en 1370 et dicta ses volontés à la Perse .  En 1388, il se fit acclamer sultan musulman puis commença la conquête de l’Asie centrale, de l’Iran, de la Syrie et de la Turquie d’Europe .  Il prit Delhi en 1398, pilla la ville de fond en comble, puis se disposa à attaquer la Chine, mais il mourut avant d’avoir pu mettre son projet à exécution, en 1405 .  Son immense empire fut alors partagé entre ses quatre principaux descendants, fils et petit-fils, qui fondèrent des dynasties séparées régnant sur la Perse, la Transoxiane et l’Afghanistan) :

Amir Timur (Tamerlan) 01 square  Amir Timur (Tamerlan) 02

Même si grâce à la carte supra, vous pourrez vous repérer, dans Tachkent (la ville de pierre),  cela semble restreint par rapport à l’environnement en 2 D .

Amir Timur (Tamerlan) 0( Hôtet Ouzbékistan et palais des congrès sur la droitesquare  Amir Timur (Tamerlan) 05 de nuit avec palais des congrès

Tamerlan (1336-1405)

Tamerlan

.         Tamerlan

Tamerlan, appelé également Amir Timour, lié à Gengis Khan par son épouse Saray Mulk Khanum alias Bibi Khanoum, né près de Samarcande, a bâti un vaste empire incluant plusieurs pays de l’Asie centrale dont le futur Ouzbékistan. Son empire tomba en 1507 aux mains des Ouzbeks de la dynastie des Chaybanides. Tamerlan a laissé de grandes réalisations culturelles, artistiques et scientifiques, principalement à Samarcande et à Hérat. Le XVe siècle est appelé par les historiens modernes la Renaissance timouride, en particulier sous les règnes de Shah Rukh, d’Oulough Beg et de Husayn Bayqara.

 carte de l'empire de Timur de 1300 à 1405

carte de l’empire  timouride de 1300 à 1405

Amir Timur (Tamerlan) 04 square    Amir Timur (Tamerlan) 03 square

La statue se trouve même sur un billet de grosse coupure .

Le Musée des Timourides se différencie des édifices publics de la période soviétique par son style architectural .  Construit par un architecte ouzbek (M. Rasulov), à grands frais et en seulement huit mois, son lieu central témoigne de l’importance que l’état accorde à la construction d’une mémoire nationale laïque et aussi à la volonté de reconstruire le paysage urbain .  Il se situe entre la place de l’Indépendance (ancienne place Rouge) et le square Amir Timour (anciennement Karl Marx) .  C’est un bâtiment circulaire coiffé d’une coupole verte turquoise rappelant celle de Gur-emir :

Amir Timur (Tamerlan) 05 musée

« Notre plus belle pièce est le manuscrit de Charafidin Ali Iazi, son fameux Zafar Noma, qui date du XIIe siècle .  « Mais, vous savez, finalement, le plus important, c’est le bâtiment lui-même »  déclare B. Akhmedov directeur de la constitution scientifique et conseiller du Président  .  Cet académicien explique que ce musée se singularise par son immensité et la pauvreté des collections présentées qui datent rarement de la période timouride .  Ceci donne une impression de vide gigantesque au musée .  Selon le directeur, la plupart des richesses de cette période se trouve soit dans les grands musées russes (essentiellement à l’Ermitage de Saint Pétersbourg et au musée ethnographique de Moscou) soit à l’étranger .

Amir Timur (Tamerlan) 08 musée

Ce musée des Arts Décoratifs est l’ancienne résidence de Polovtsev, un diplomate russe .  Il avait embauché les meilleurs artisans pour recréer un palais typique et y abriter sa collection de tapis, bijoux et meubles .

Musée de Tachkent 06 Musée de Tachkent 06  Musée de Tachkeny 02

Musée de Tachkent 03 Musée de Tachkent 04

Cependant, si vous souhaitez le voir sous un autre aspect : http://lemuseevivant.blogspot.fr/2013/09/le-musee-dhistoire-douzbekistan-tashkent.html

Pour ne pas vous saturer d’informations, Tachkent va bénéficier d’un autre article .

A très bientôt .

J.M. MARTIN pour Tricycles Rennais

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

20 000 kms en Tricycke couché n°6 quater

Posté par LPBSM le 24 juin 2014

Bonjour,

Pour essayer de suivre le voyage en temps réel, sans trop de décalage, je me trouve contraint d’improviser en allant chercher quelques photos sur « Instagram » et en déduire l’itinéraire parcouru par Laurent .

Il est difficile de pédaler, de visiter des monuments, de prendre des contacts avec la population des pays traversés et en plus d’écrire un compte-rendu à chaque étape ; il faut bien dormir pour assurer le lendemain .

L’extension du visa iranien ayant expiré le 19 juin 2014, la frontière avec le Turkménistan a due être franchie le lendemain .

    carte turménistan - Ouzbékistan  carte Turménistan

Situé en Asie centrale, le Turkménistan donne sur la mer Caspienne à l’ouest .  Le pays est majoritairement plat et désertique (80%) : se succèdent plaines formées par le désert du Karakoum et le bassin de l’Amou-Daria qui font partie de la cuvette arabo-caspienne .  On compte cependant quelques piémonts au sud du pays (Kopet-Dag) .   Quelques cours d’eau traversent le pays, dont le fleuve d’Amou-Daria qui forme une frontière naturelle avec l’Ouzbékistan .

Pays frontaliers : À l’est : Afghanistan Au nord : Ouzbékistan Au sud : Iran Indépendance : 27 octobre 1991 (de l’ex URSS)

Régime politique : République présidentielle Capitale : Achgabat Langues : Officielle : turkmène Usuelle : ouzbek et russe

Superficie : 488 100 km² Population : 4 833 000 habitants

Gentilé : Turkmène (pour les deux sexes) Monnaie nationale : Manat (TMM)

Fêtes Nationales : Le 27 octobre (Proclamation d’indépendance de 1991)

Climat : Le climat est continental sec, avec des étés très chauds (30 à 50 °C) et des hivers froids (0°C minimum). En automne et au printemps, quelques tempêtes de sable et de pluie balaient le pays.

Santé : Mise à jour des vaccins généraux conseillée (poliomyélite, tétanos, diphtérie…). Et selon les modalités et la durée du séjour, typhoïde, hépatite A et B, rage, fièvre jaune, encéphalite à tiques.

A découvrir : Les sites intéressants sont relativement dispersés, on peut nommer le mausolée d’Il Arslan à Köneürgenc, la grotte de Kovata, le lac souterrain de Bakharden, le site archéologique de Nisa et la mosquée d’Anau.

carte 01

Ici, la photo a été prise à Aleksandyr Pushkin sur la route près de MARY par Laurent (cela devrait correspondre à la jonction entre la route M37 qui va vers Turkmenabad et la bifurcation A 388 qui va vers Mary ; mais je n’en ai pas confirmation) voir la carte ci-dessous .

Turkménistan 01  Jonction Alexandyr Pushkin vers Mary

« C’est hyper étonnant comme pays .  Hélas que l’on ne puisse avoir que des visas de transit … »
autre dire de Laurent : « Fitche et chaï » (ce qui signifie chapeau spécial turkmène de la serveuse et thé) dixit Laurent .

carte du Turkménistan 01

Merv (l’ancienne), Mary (la nouvelle)

Merv 01 Merv 02

Sur la route vers l’oasis de Mary (ou Merv),  les voyageurs voient souvent quelques tumulus restant de forteresses qui étaient la  propriété keshki des sassanides (VIème – VIIème siècle)  .  Les plus grands qu’on puisse rencontrer sont les Grand et Petit Kyz-Kala Kyz veut dire « fille » et Kala « forteresse » ; ce qui signifie que ces forteresse étaient réservées aux femmes .  Les hommes habitaient dans le Djigit-Kala .

Grand et Petit Kyz-Kala ont des murs gaufrés comme un accordéon logeant des petites fenêtres à la base des plis des murs (sur la photo ci-desous) .  En haut des murs, des meurtrières dentées .  Petit  Kyz-Kala et Grand Kyz-Kala ont à peu près le même plan d’architecture .  Les pièces au rez de-chaussée étaient éclairées par cinq fenêtres .  L’escalier conduisant vers le bas passait par couloir en forme d’arc .  On ne peut seulement qu’imaginer l’architecture du premier étage par les quelques restes non détruits . Le premier étage était également composé de cinq pièces disposées autour d’une cour .  Ces pièces étaient également éclairées par de petites fenêtres cachées dans les plis du « gaufrage » à peine visible sur la vue aérienne (ci-dessous) .

Merv 06  Merv détail du Kyz-Kala

Merv et yeux … sur la première photo et également sur la seconde à cause des petites fenêtres à la base du « gaufrage »

 Ruines de Merv la vieille n° 02 Merv petit Kyz-Kala 08

Grand Kyz-Kala (à gauche) et Petit Kyz-Kala à droite à 100 m au sud du Grand .

Merv Le Grand Kyz-Kala vu du dessus

Merv 03 Merv Mausolée de Sultan Sanjar 02 Merv Mausolée de Sultan Sanjar 05 Merv Mausolée de Sultan Sanjar 04

les remparts de la ville de Merv et le Mausolée du Sultan Sanjar (n°6 sur la carte ci-dessous)  1085-1157 .

 carte de Merv 01

La ville était connue autrefois sous le nom de Marv-i-shahjahan, qui signifiait Merv, la Reine du Monde .  Elle constituait jadis l’un des plus grands centres islamiques au monde, rivalisant avec Le Caire, Damas et Bagdad .  En plus d’avoir été un lieu capital pour les musulmans concernant l’activité et l’étude religieuse, Merv fut aussi une étape importante sur la légendaire Route de la Soie, et, par conséquent, elle constitua un carrefour commercial majeur du XI ème et XII ème siècle  .

carte de la route de la soie 03 entre 500 av JC et 500 ap JC

Malheureusement, il ne reste presque plus rien  aujourd’hui qui pourrait témoigner de la grandeur passée de la ville .  Ce qui constituait naguère un carrefour culturel et religieux, disparut en un jour lorsque les fils de Gengis Khan massacrèrent la quasi-totalité de la population de Merv .

Si vous visitez Merv, vous apercevrez des ruines éparses de murs, de fondations et de céramiques constituant les derniers vestiges des palais, des mosquées et des milliers de résidences qui jadis emplissaient la ville .

Le site de l’ancienne Merv a été classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 1999 et peut facilement se visiter depuis la ville voisine de Mary (à 30 kms) .

.

Laurent est pourtant passer par Mary et mais ne nous a pas laissé de photos de la statue en or de Niyazov (l’ancien président)  statue en or de Niyazov à Mary 02 un peu omniprésent dans la ville statue en or de Niyazov à Mary 01

Mary est la troisième ville par la grandeur de la Turkménie .  Elle est située dans une grande oasis au milieu du désert de Karakoum .  Mary a été fondé en 1884, comme le centre russe militaire-administratif, à 30 kilomètres de l’ancienne Merv .

Aujourd’hui c’est le plus grand centre du domaine cotonnier, un grand noeud de transport et un principal centre de l’industrie à gaz du pays qui est la source de revenu principal du Turkménistan .

Production de coton 01

Montagne de coton obtenu avec l’assèchement de la mer d’Aral

 .

NISSA :

 

Ruines de Nissa  02  Ruines de Nissa  03  Nisa 01

Ici ce sont les reste de la cité de Nissa, construite par Mithridate Ier (171-138 av JC) Drachme montrant Mithridate Ier, capitale de l’empire Parthe à 18 kms à l’Ouest d’Achgabat .

  carte de  Nissa près D'achgabbat  carte de l'empire Parthe 01

Cela va faire la transition pour nous amener à visiter Achgabat .

.

Laurent ne semble pas avoir eu le temps de passer par Ashgabat (la capitale du Turkménistan)  .

La capitale du Turkménistan, 773 400 hab. , ressemble à une oasis du désert du Karakoum .  La frontière iranienne est toute proche, comme la chaîne du Kopet-Dag .
A l’origine, c’était un petit village qui s’agrandit et qui devint « capitale » en 1818 .
Rebaptisée Poltoratsk en 1919 par les Russes, la ville a repris son nom d’Achgabat seulement en 1927 .

 

Son nom signifie littéralement « ville de l’amour », et elle n’est effectivement pas en reste de ce côté-là .  Les somptueux palais et les vastes parcs qu’elle abrite lui donnent un aspect incontestablement romantique .  La ville a aussi su se réinventer pour devenir une capitale moderne .  Financée par les revenus du gaz et du pétrole turkmènes, Ashgabat poursuit son développement sereinement en modernisant ses bâtiments et ses paysages urbains centrés dans un cadre paisible .

Bien qu’elle ait été complètement détruite par un puissant séisme en octobre 1948, Ashgabat a été reconstruite au même endroit et est, depuis, devenue une ville « ultra » dynamique au sens pleinement financier du terme .

 

place du taureau Achgabat Mémorial du tremblement de terre de 1948 02 près du palais présidentiel

Mémorial du tremblement de terre de 1948 02 Mémorial du tremblement de terre de 1948 01 Mémorial du tremblement de terre de 1948 03 détail

Place du mémorial du tremblement de terre de 1948 – le taureau représentant la puissance du soulèvement ayant entraîné la destruction de la ville .

 carte du centre d'Achgabat 02

Achgabath la place du président Turkménistan 001  Ashgabat  La place du président au Turkménistan

Sur les photos ci-dessus, La place du président … et la Palais du président

carte centre sud de la ville

Achgabat centre ville sud Palais Ruyyet Turkménistan 05  Achgabat place du président  08

Ci-dessus, le Palais Ruhyyet, construit par un architecte français, qui sert de salle de concert et pour les réceptions internationales voire nationales

Achgabat centre ville square de l'indépendance et place du président au fond palais Ruhyyet Turkménistan 03 Achgabat centre ville square de l'indépendance et place du présidentTurkménistan 04

Ces édifices sont tous en marbre blanc (sauf les dômes) dont les carrières sont importantes dans la région .  Cela a été possible par les extraordinaires ressources fournies par le gaz et le pétrole .

Achgabat institut du gaz et du pétrole Turkménistan carte des hydrocarbures

Tour du Centre de l’Institut du gaz et du pétrole et carte des différents sites producteurs

Le musée de l’histoire de la ville attire les visiteurs par la vaste collection des trouvailles archéologiques, de tapis turkmènes, de robes autochtones, et de bijoux d’argent, etc … .

Il est difficile de na pas mentionner la place des chevaux Achgabat la place des chevaux Turkménistan dans l’optique d’un peuple qui est resté nomade dans l’esprit même s’il a dû se sédentariser .    blason 02

Statue en or de Niyazov devant la place aux chevaux Achgabat Achgabat le nouveau président à l'hippodrome

L’ancien président statufié et mort en 2006 et le nouveau (de dos sur la photo de droite mais à gauche) toujours aussi intéressé par les chevaux

Aujourd’hui, il y a, malheureusement, rivalité entre la télévision Achgabat tour de la télévision Turkménistan Achgabat tour de la télévision 02 Turkménistan

et la culture Achgabat le centre de la culture - Alem Center -  Turkménistan  Achgabat le centre de la culture - Alem Center - 02  Turkménistan

Alem center

mais le stade est là pour faire la jonction

 Achgabat le stade Turkménistan  Achgabat le stade Turkménistan 02 Achgabat le stade Olympique Turkménistan 04

stade Olympique construit en 2005 qui attend toujours ses jeux

;  j’allais oublier le marché Achgabat le bazar Turkménistan   russe …

.

Il serait quand même très difficile de quitter Achgabat sans parler de la Mosquée Ertugrul Gazi, aussi connue sous le nom de Mosquée Azadi (tout simplement parce qu’on peut y accéder par la rue Azadi), qui est un édifice remarquable situé au cœur d’Achgabat et aussi un point de repère .

plan mosquée Ertugrul et olympic stadium et Kopetdag stadium 04  plan mosquée Ertugrul et olympic stadium et Kopetdag stadium 02

Sur la première carte au centre la mosquée Azadi et sur la seconde le trajet de la mosquée jusqu’au monument du tremblement de terre (celui avec le taureau) .

La mosquée fut construite en l’honneur d’Ertugrul Gazi, le père d’Osman Ier,  fondateur de l’Empire Ottoman .

Achgabat La Mosquée  Turque 02 Turkménistan Achgabat La Mosquée  Turque 03 Turkménistan

Ce magnifique monument se dresse majestueusement dans la capitale .  Entourée de quatre immenses minarets, la mosquée se caractérise notamment par son spectaculaire dôme central .  L’intérieur de la mosquée est tout aussi somptueux et ses vitraux colorés lui donnent encore plus d’élégance .

Achgabat La Mosquée  Bleue ouTurque ou Ottomane ou Erguzul Gazi intérieur 01 Turkménistan Achgabat La Mosquée  Bleue ouTurque ou Ottomane ou Erguzul Gazi intérieur 02 plafond détail Turkménistan

La Mosquée Ertugrul Gazi fut inaugurée en 1998 et rappelle la célèbre  Mosquée Bleue d’Istanbul .  L’édifice peut accueillir plus de 5000 croyants en même temps, ce qui, les jours importants du calendrier musulman, est  une nécessité puisque les fidèles affluent en masse à la mosquée pour prier .

.

Pour finir sur le sujet, il serait souhaitable que vous lisiez : http://www.courrierinternational.com/article/2010/11/29/achgabat-un-reve-de-satrape

Achgabat l'archer turkmème devant le monument de l'indépendance 02 Achgabat  le sabreur turkmème devant le monument de l'indépendance 01  Achgabat le    02

Nous terminerons cette visite sur le monument de l’indépendance en arrière plan sur les deux première photos et en plus grand ci-dessous .

 

… ainsi que l’article du blog d’Alyssa datant de 2008 : http://nawaat.org/portail/2008/10/10/72-heures-au-turkmenistan/   pour avoir un autre point de vue et dont est tiré l’une des photos supra .

 

Achgabat  le monument de l'indépendance 03

Achgabat  Turkménistan

  Laurent va donc passer assez vite la frontière avec l’Ouzbékistan à Türkmenabat (voir la carte ci-dessous) :

franchissement de la frontière du Turkménistan vers l'Ouzbékistan

 

carte du Turkménistan 01

.
A très bientôt donc en Ouzbékistan .  
J.M. MARTIN pour Tricycles Rennais
.

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

20 000 kms en Tricycle couché n°6 bis ou errer en Iran

Posté par LPBSM le 17 juin 2014

Bonjour à toutes et à tous,

 

Dans le n°6 nous avons su pas mal de choses sur ce qui s’est passé en Iran ;  en premier lieu l’extension du visa extension du visa pour l'Iran obtenu plus facilement à Chiraz mais par un moyen plus rapide de locomotion que le tricycle dans les montagnes avant Chiraz …

.extention de visa et course vers Chiraz

« La course vers Shiraz pour renouveler le visa » Photo et commentaire de Laurent le 2 juin 2014

Cependant l’obtention du visa pour la Chine à Téhéran est refusé sans billet d’avion .  Il n’est pas prévu qu’un tricycliste puisse passer la frontière chinoise :

.visa pour la Chine à Téhéran

« Visa pour la Chine à Téhéran – sans avion c’est NON » Photo et commentaire de Laurent le 2 juin 2014 .

 

Pour préparer l’avenir et devancer les futurs problèmes, Laurent a découvert l’orthodontie à Téhéran .

 dentiste à TéhéranPhoto de Laurent le 15 juin 2014

« J’ai le numéro 9135 : Oops !  9, bâton, 3, bizarre cœur à l’envers, chez le Dr Bashiri, orthodontiste …
Implant 400 dollars à Téhéran . Franchement, j’ai vu plusieurs tafs dans plusieurs bouches et je suis bluffé…
Dévitalisation canine, nettoyage, pansement composite le temps de terminer le voyage, radios, photos avant pendant et après, anesthésies .  1 h30 de taf 90 euros
Je reviens en novembre, je me refais faire les molaires… Marre d’avoir ce trou avec la dent cassée en Bulgarie, marre d’avoir ces prothèses françaises couleur métal mal goupillées, mal remboursées sur lequel cet enfoiré de dentiste français a fait la culbute 5 ou 6 fois sur le produit sorti du prothésiste… Et ainsi contribué à niquer la Sécu, ma mutuelle » dixit Laurent .
.
Cher Laurent, il existe de très bons orthodontistes en France .  Pour ton dentiste, qui ne gagne pas de quoi faire tourner son cabinet avec les soins qui lui sont remboursés par la sécurité sociale à minima (j’entends par là le loyer du cabinet, son ou ses assistant(e)s, le matériel à renouveler et l’impôt sur tout cela) ; il pousse parfois (souvent) ses patients à s’engager dans des dépenses où il prend son bénéfice ; pas toujours très justifiée sur le plan de l’éthique, je te l’accorde, surtout s’il ta proposé une couronne couleur métal .
.
.
Mais Laurent n’a pas fait qu’améliorer le matériel humain ; il en a profité pour faire d’autre petites améliorations sur le tricycle :
.
Asiatreck sur le cache frein« Avouez que c’est la classe ! » ccommentaire et photo de Laurent le 16 juin 2014
.
La vidéo sur cette balade vient d’arriver :  www.youtube.com/embed/MvO7Mvt331E  (nous sommes début août) .
.
A Chiraz, il a fait un peu le touriste joignant l’utile à un peu d’agrément :
carte de Chiraz 01

Tombeau d'Hafez

 Tombeau d’Hafez à Chiraz (Hafezie sur la carte)

La tombe de HAFEZ à Shiraz

Tombeau d'Hafez le jour avec plafond en gros plan

Il est situé dans les jardins de Musalla le long de la rivière Ruknabad à Chiraz (Rudkhneh-ye-Khoshk sur la carte)

carte de Chiraz 02

Tombeau d'Hafez la nuit

Tombeau d'Hafez la nuit avec plafond

Tombeau d'Hafez la nuit avec plafond en gros plan

 http://www.youtube.com/watch?v=zNvctMcGvo4

HÂFEZ (1321-1389 est mort à 69 ans) est un poète persan du XIV ème siècle qui écrit, en dari et pas en parsi, les Divân (recueil de poésies lyriques de littératures orientales ; prononcez « divan » comme un divan et non pas « divane ») et qui produit environ une dizaine de « ghazals » (*) par an et ce pendant 50 ans .

 

Hafez 1321 - 1389

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hafez_%28po%C3%A8te%29

 

(*) Ghazel (ou ghazals) est un poème en persan se prononçant « razal » en français .

 

http://www.larevuedesressources.org/ghazels-poemes-persans,2608.html

 

Sa renommée dépasse le cadre de la Perse et influencera la culture indienne même si celle-ci devait subir une islamisation dite « des esclaves » au XIII ème – XIV ème siècle .  La férocité des princes qui vont suivre ne sera éradiquée qu’avec l’invasion de Tamerlan (1398-1399) qui sera encore un plus grand massacreur lors de la prise de Delhi et à Harward (pèlerinage bien connu) ordonnera encore un plus grand massacre au mont Meerut .

 

Sultanat de Delhi XIIIème- XVIème siècle

 

Il ne laissa derrière lui que des ruines incapable de gérer autre chose qu’une armée en campagne et qui ne vivait que des butins conquis .

Un seul de ses descendants Baber (1526-1556), rendra à l’Inde une apparence d’unité du XVIème siècle jusqu’au XIX ème siècle (14 septembre 1857) assurée par ses descendants .

 

empire Moghol

Pourtant le Turkménistan s’annonce déjà dans le métro de Téhéran :

.Dans le métro de  Téhéran un avant goût des visages turkmènes

« Dans le métro de Téhéran un avant goût des visages turkmènes. Je les trouve beaux  » commentaire et photo de Laurent le 14 juin 2014

 

Mais cela est une autre histoire, à suivre …

J.M. MARTIN pour Tricycles rennais

 

P.S. :  Hier, mercredi 18 juin 2014, l’image suivante est arrivée :

Antibiotique le 18-06-2014

« Qui va se piquer ? C’est Laurent ! » commentaire et photo de Laurent le 18 juin 2014

Laurent va devoir se piquer lui-même avec un antibiotique en ampoule (dose unique … ?  Etrange !) .  J’ignore absolument tout du mal qui l’affecte, mais n’y aurait-il pas une relation avec l’anesthésie subie un peu plus tôt dont Laurent semble ne pas connaître la nature du produit injecté  ?  La dévitalisation consistant à la première étape de la construction d’une prothèse dentaire, soit par l’injection d’un produit à base d’arsenic  soit à l’arrachage des deux nerfs et des veinules et artérioles l’accompagnant . Dans le premier cas, le produit peut être mal toléré par l’organisme (là, je pencherai plus pour un anti-histaminique dans l’ampoule) et dans le second des résidus veineux ou artériolaires peuvent permettre à des bactéries de proliférer et de provoquer une réaction inflammatoire engendrant de la fièvre (là, l’antibiothérapie s’impose) .

Devrais-je ajouter qu’en France, la loi interdit à un orthodontiste de faire une dévitalisation dentaire …

Cet acte, qui semble être anodin, est en fait un acte majeur .  Un échec peut être lourd de conséquence sur la pérennité de la prothèse et surtout sur l’état l’état général .  « Un problème de santé peut être lié à une infection dentaire. »

dent infectée

http://www.dentalespace.com/patient/soins-dentaires/63-dents-devitalisees-attention.htm

.

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

20 000 kms en Tricycle couché n°6 ou errer en Iran

Posté par LPBSM le 29 mai 2014

Bonjour,

Queue devant l'ambassade de France en IRAN

Queue devant l’ambassade de France en IRAN le  27-05-2014

 

Pour tous ceux qui suivent nos articles et nos commentaires, J.S. CACHE n’avait pas totalement tort car vous pouvez aujourd’hui retrouver certaine images de Laurent en IRAN sur :  http://web.stagram.com/n/asiatrek/

Vous comprendrez aisément que si nous vous en fournissons le lien, c’est que nous ne nous sentons pas entièrement lésés par cette information que nous tenons à rendre le plus possible publique ; que certains aient des privilèges supérieurs à d’autres, nous ne sommes pas contre ; encore faudrait-il l’annoncer !

C’est ce que nous faisons aujourd’hui en en communiquant le lien et en attendant un véritable article sur :  http://asiatrek.skynetblogs.be/ .

Juste pour vous ramener aux difficultés quotidiennes, l’image de la chaîne qui casse juste avant la frontière Iranienne :

.Chaîne avant la frontière Iranienne

Chaîne qui lâche avant la frontière iranienne

Je vous l’accorde, cela ne représente pas un grand intérêt touristique, sauf que cela nous ramène à la pression qu’exerce sur nos vies, la vie au quotidien que nous connaissons toutes et tous avec ses aléas et ses divers tracas particuliers .

Pour publier des cartes et des itinéraires, j’attendrai donc la nouvelle rédaction de Laurent sur son parcours arménien et iranien .

……

Aujourd’hui, 30 mai 2014, je reçois la lettre de Laurent par mail . 

Bien sûr, j’aurais pu remettre les « choses dans l’ordre » en ne revenant pas en arrière (puisque nous avons déjà des nouvelles d’Iran) et en remettant ( http://www.youtube.com/watch?v=c-8q-cWC9Nw&feature=youtu.be ) sur « 20 000 kms en Tricycle couché n°5″ ; mais cet article est déjà long à lire et j’ai privilégié la fluidité .  Pourtant il faudra se référer au n°5 pour retrouver les cartes sur la Géorgie et l’Arménie .

Laurent à la frontière iranienne Merci les douaniers

« Hello, à vous tous… Je vous envoie ce petit message d’Iran, plus exactement de Téhéran où je suis revenu depuis presque une semaine. J’ai terminé le montage du dernier épisode d’Asiatrek http://youtu.be/c-8q-cWC9Nw 
 
Cette étape est l’une des plus importantes pour le voyage car elle me permet d’effectuer un certain nombre de formalités administratives dont les visas pour les pays à venir : Turkménistan, Ouzbékistan et Chine. J’ai obtenu mon visa Kazakh à Tbilissi et le Kirghistan ne demande plus de visa. 
 
Je vais devoir prolonger mon visa iranien de quelques jours si je ne veux pas être en infraction. 21 jours n’aident pas beaucoup, mais il semble possible de le renouveler facilement à Shiraz où je vais revenir prochainement. J’étais il y a une dizaine de jours dans la célèbre ville du poète perse Hafez avec Jérôme http://www.deuxpassurlemonde.com, un compagnon de route croisé à Erevan pour rencontrer Mohamad Tajeran, un Iranien assez extraordinaire son site weneedtrees.com 
.carte de l'Iran 01
.
Cette rencontre et la balade dans Shiraz devrait faire partie d’un reportage plus large sur le tourisme en Iran, diffusé dans les Carnets de voyage d’Envoyé Spécial sur France 2 cet été. Amira Souilem et Vincent Kelner ont passé quelques jours avec nous. Ils ont été adorables. je vous tiendrai au courant de la diffusion du reportage.
 
Par rapport au mois passé en 2007, la situation est encore plus détendue… Je vous fait le paris que dans 10 ans ou moins, l’Iran deviendra une destination plus que tendance. A moins qu’un état ne décide qu’il y ait des armes de destruction massive… ? Bref. 
 
Depuis, Jérôme est reparti vers de nouvelles aventures. Outre la fraîcheur de passer du temps avec lui, ces semaines écoulées m’ont permis de remettre en cause mon travail photographique. Eh oui, ses photos étaient belles, les miennes moins, j’ai donc poncé mon oeil au papier de verre pour essayer de m’améliorer…
 
Son aide m’a été précieuse pour créer un site internet dans lequel je pourrais mettre plus en avant mon travail photographique. Il sera accessible avec deux adresses, dont celle de mon blog actuel : asiatrek.eu . Pour l’instant, cette adresse redirige toujours vers la plateforme asiatek.skynetblogs.be qui est chez Skynet.
 
Je ne remercie pas ceux qui m’ont dérobé 500 euros de matos en Arménie, ni l’enfoiré à Shiraz qui m’a volé le petit margouillat en alu qui m’accompagnait dans mes voyages depuis 10 ans. Outre cet allégement involontaire j’ai encore une dizaine de kilos de matériel en moins, volontairement repartie en France. Merci à Amira de m’en avoir débarassé ;)
 
Sinon j’ai mis en place une plateforme de tips, qui me permettra de toucher des « pourboires » sur mon travail vidéo. https://www.tipeee.com/asiatrek-le-vaisseau-des-steppes 
 
De l’Arménie à l’Iran, j’ai l’impression d’être passé d’un printemps doux à un été torride. C’est chaud. Voilà quelques images d’Arménie la première au col Pushkin ou j’ai recroisé les amis cyclistes déjà croisés à Trabzon. 
La dernière image est celle de la dernière grande montée avant d’arriver à Erevan dont une partie de 7 km à 9% de dénivelé moyen… 
Grande montée avant Erevan sur 7 kms à 9%
Je prépare le vélo pour la traversé du Dasht e Kavir, le désert entre Mein et Masshad avec l’installation de la deuxième gourde et de la poche à eau. Soit 12 litres d’autonomie.
carte du Dasht el Kevir en iran
Le Dasht e Kavir, aussi connu sous le nom de Kavir-e Namak ou Grand désert salé, est un grand désert au milieu du plateau iranien .  Il mesure environ 800 km de long et 320 km de large .
Dasht e Kavir 01
carte du Dasht e Kavir en iran 02
 
Juste un dernier point, la saison 2 d’Asiatrek a débuté à Istanbul, point de départ vers l’Asie. Vous pouvez retrouver le dernier épisode ici  : http://youtu.be/c-8q-cWC9Nw 
 
J’ai essayé de tenir compte de vos remarques, conseils et envies… Chaque épisode est désormais standardisé à 26 minutes avec à chaque fois une présentation par une «  speakerine » qui annonce l’épisode dans sa propre langue. 
 
Salut à tous ! 
Laurent Houssin
www.asiatrek.eu
twitter instagram : @asiatrek
En direct : bit.ly/1d0TEGD
Une grande balade du Mont Saint Michel au Mont Fuji

Les derniers épisode de la websérie :

Prologue de la saison 2 :https://www.youtube.com/watch?v=zHIYXxu3ZCw&feature=youtu.be
Episode 1 : http://www.youtube.com/watch?v=zHIYXxu3ZCw&list=UUhjWmksGDL-OTlkKB0vN3IQ&feature=share
Episode final saison 1 : http://youtu.be/5Y8meFkEDHc

 
PS : vous recevez ce mail car vous m’avez hébergé, nourri, rencontré, de Mitou à Rimou à Alireza à Téhéran, sans vous, mon voyage n’aurait pas la même saveur…. si vous ne désirez plus recevoir de mail de ma part, répondez moi avec la mention STOP dans l’objet du mail. »
Pour répondre à ton P.S., cher Laurent, nous ne risquons pas d’écrire « STOP » car nous en redemandons encore et encore … !   Si j’osais risquer un mauvais jeu de mots pour toi qui va devoir aborder le désert, je dirais que nous sommes même assoiffés de toutes tes nouvelles .
 
 Dasht e Kavir 03

Bonne soirée à toutes et à tous .

J.M. MARTIN pour Tricycles Rennais

.

.

P.S. :  A l’époque, je n’avais pas la possibilité de vous fournir cette vidéo ; mais elle permet de mieux comprendre beaucoup de choses :  http://www.youtube.com/watch?v=MvO7Mvt331E&feature=youtu.be&a

Ceci est particulièrement important pour mieux vous faire appréhender que les élites iraniennes (chiites)  ont toutes été formées (en général) dans les universités françaises, alors que les élites « arabes » (sunnites) ont été formées dans les universités américaines avec leur grand pragmatisme mais avec une très grande déficience sur l’historicité (ceci étant un euphémisme …) .

Cette constatation de « base » (ici, il y a un jeu de mot avec Al-Quaïda que vous découvrirez plus tard), va certainement nous conduire, dans les futurs articles, à aborder un problème crucial qui occupe (voire préoccupe) notre siècle, suite à la désastreuse politique américaine prodiguée par G. BUSH fils, « pantin » manipulé par BUSH père .

.

.

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

Pour les kayakistes en 2014

Posté par LPBSM le 14 mai 2014

Bonjour,

 

Le mois de juillet va vite arriver ; alors pourquoi ne pas penser aux Gorges du Verdon ?

 Remontée vers le barrage de Ste Croix en 2009

En juin 2009, des amis de Pinkandy’s Weblog :  http://andypink.wordpress.com/2009/06/01/quatre-yakkair-dans-les-basses-gorges/  ont visité les gorges jusqu’au barrage de Sainte Croix ; puis ensuite jusqu’à celui de Quinson dont nous n’avons pas le reportage . 

Ils étaient tous sur des « Yakkair » (http://fr.bicsportkayaks.com/produits/yakkair,3,71/yakkair-two,776.html) (http://www.dailymotion.com/video/x12m9r0_yakkair-hp2-sous-voile_sport) ; tous les produits « Yakkair » proviennent de la société « BIC Sport » (http://fr.bicsport.com/societe,12.html) avec tous les produits présentés ici : http://www.nauticexpo.fr/produit-fabricant/kayak-bic-sport-23315-480.html   .

Remontée vers le barrage de Ste Croix en 2009 - 03

Je sais qu’on vous propose en général des pompes double corps pour le gonflage .  Cela est sans doute bon pour l’entrainement des bras, mais avec une petite pompe électrique rechargeable, c’est déjà suffisamment long (surtout pour un deux places) .

Remontée vers le barrage de Ste Croix en 2009 - 04

 

Ils étaient partis de la base maritime de Montpezat vers le barrage de Sainte Croix .

 

Montpezat situation 01

http://montpezatprovence.free.fr/fr/situa.htm

Montpezat situation 02

Remontée vers le barrage de Ste Croix en 2009 -06

Plan barrage de Sainte Croix jusqu'au barrage de Quinson 02

cartes Google Earth

Plan barrage de Sainte Croix jusqu'au barrage de Quinson 01

Mais il y a de grosses possibilités également après le barrage de Sainte Croix avec même des locations de kayaks, de canoës, ou même de pédalos, si vous ne souhaitez pas apporter votre propre matériel .

Lac de Sainte Croix 02

Les Goerges du Verdon 01

http://www.tourisme83.com/gorges_verdon.htm

 Lac de Sainte Croix 01

 

Le lac de Sainte-Croix 01

(1) le pont de Galets : Le Verdon rejoint le lac au niveau du pont de Galetas .  Du pont, vous avez une superbe vue du lac, mais aussi des Gorges du Verdon .   Les pédalos (« padalos ») empruntent ce passage pour la remontée du Verdon .

Après Sainte-Croix des pédalos sur le Lac


(2) le barrage de Sainte Croix : Le lac de Sainte Croix fournit l’eau qui alimente l’usine de Sainte Croix .   Cette usine fournit 160 millions de Kwh/an .   Le barrage alimente en eau plusieurs communes aux alentours .

(3) le balcon de Fontaine l’Evèque : la fontaine est maintenant englouti sous 70 mètres d’eau ; mais elle a donnée son nom au belvédère qui surplombe le lac, situé  dans la commune du Var (Voir carte ci-dessus et cartes Google Earth supra) .
(4) le plateau de Valensole : Nous ne sommes plus dans le Var, mais dans les Alpes de Haute Provence ; les étendues de lavandes font la réputation des lieux malgré la concurrence du Var et de ses célèbres garrigues .

Remontée vers le barrage de Ste Croix en 2009 - 05

C’est une belle expédition qui se prépare et qui ne s’improvise pas ; mais quel spectacle …

Remontée vers le barrage de Ste Croix en 2009 -02

Si j’ose le dire, cet article est rédigé pour vous mettre « l’eau à la bouche » … mais surtout pour passer de bonnes vacances à moindre prix (72 campings, offrant la possibilité de « Mobile Home » sur les Hautes Alpes Maritime et sur le Var) :  par exemple,  http://www.camping-jasdumoine.com/vacances-gorges-verdon.html

Je suis obligé de préciser que je n’ai aucune rémunération pour privilégier cette adresse plutôt qu’une autre et que si je l’ai fait, c’était parce que j’ai trouvé que leur blog était bien fait .

Bons projets de vacances à toutes et à tous .

.

J.M. MARTIN pour Tricycles Rennais et Kayaks à Nageoires

.

.

.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

1...34567
 

lasixfr |
synthroidfr |
ciprofr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bâtir au Féminin fait son R...
| Les Sportifs-Chasseurs
| Statistiques baseball Ile d...