• Les Tricycles

    Les Tricycles

    Tricycle couché avec carriole

  • En juillet 2008

    En juillet 2008

    Devant le parlement de Bretagne

  • Sur la place de la Mairie avec J-J. DUPRAT  juillet 2008

    Sur la place de la Mairie avec J-J. DUPRAT juillet 200

  • Au Thabor

    Au Thabor en Juillet 2008

  • « Catrike Expédition » avec un Rolhoff et un pédalier Schlumpf Speed drive à l’avant…

    Le Cartrike à travers le Caucase le 11 aoôt 2014

    Le Catrike à travers le Caucase le 11 août 2014

  • Moyeu arrière Rolhoff

    Moyeu arrière Rolhoff

    Après 20 000 kms et un coup de polish, il semble neuf ... !

  • pédalier Schlumpf Speed drive à l’avant 02

    pédalier Schlumpf Speed drive à l'avant 02

  • Arrivée à Osaka le 11 décembre 2014

    Arrivée à Osaka 01

    Un peu perdu avec tous ces kanjis pas facile de trouver sa route .

  • Laurent bivouaque à tokaïdo

    Laurent bivouac tokaïdo

    Asiatrek va vers son but : atteindre le Mont Fuji ; ici bivouac le 14 décembre 2014

  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 janvier 2015

20 000 kms en Tricycle couché n°11 novies ou Janvier au Japon ou « Ikura des ka ? »

Posté par LPBSM le 22 janvier 2015

flag_jap Hinomaru  Konnichiwa,

こんにちは。

 yen 01

 

Ikura desuka ? (prononcez : Ikura dess ka ?) = Combien ça coûte ?

ou

20 000 kms en Tricycle couché n°11 novies ou Janvier au Japon ou

Kore wa ikura desu ka ?

Kore = ceci, cela, cette chose
Ikura = Combien

 

 Tokyo carte SUICA  sans réduction 03

C’est une sorte de passe-partout pour le réseau de transport en commun (train, métro et bus) de Tokyo et sa banlieue .  Il s’agit d’une carte sans contact (RFID) sur laquelle on crédite un montant qui sera débité au fur et à mesure des passages par les portiques d’entrée dans les gares .  Moyennant une caution de 500 yens (environ 5 euros) la carte est faite immédiatement, devant vous .

 Sans cette carte, il faut habituellement acheter un ticket aux machines devant l’entrée de la gare .  À Tokyo, le tarif dépend de la distance parcourue .  On prend soit un ticket correspondant au montant exact du trajet (il y a parfois des tableaux avec le tarif pour chaque gare de destination), ou bien on prend un ticket du montant minimum (130 ou 160 yens) et on régularise ensuite à la gare de sortie .

Cette fameuse carte Suica évite donc l’attente aux automates de distribution de ticket  Tokyo machine pour recharger la carte SUICA et aussi le casse-tête de savoir combien on va devoir payer pour un trajet : le montant se débite tout seul à destination, en nous l’indiquant en plus du solde de la carte .  Il suffit de passer la carte à quelques centimètres du lecteur au passage des portiques d’entrée et de sortie .   Sauf que …

Les problèmes commencent à la sortie si vous n’avez pas assez de crédit sur votre carte et que l’automate ne veut rien savoir de vos problèmes, surtout si vous n’avez pas pris la précaution d’avoir des billets de la banque japonaise sur vous .  Si vous en avez, un automate créditera votre carte et vous pourrez sortir .

La régularisation peut parfois prendre plus de temps que l’achat d’un ticket simple .   Il faut ajouter que cette carte ne procure aucune réduction ou remise : on paye le tarif normal, quelque soit le nombre de trajets effectués ou le montant crédité sur la carte .  Cette carte n’est pas la seule a offrir ce genre de service puisqu’elle est concurrencée par PASMO qui n’offre pas mieux .

  Tokyo carte PASMO  sans réduction 02

Un nouveauté: depuis mars 2013, PASMO et SUICA deviennent utilisables dans des différentes régions du Japon notamment à Nagoya, Osaka, Kyoto, Hiroshima et Fukuoka entre autres .

Tokyo machine jaune pour sortir avecr la carte SUICA  Tokyo machine jaune pour sortir avecr la carte SUICA 02

 

Les trains de Tokyo se divisent en lignes JR, et en lignes privées .  La ligne circulaire JR Yamanote fait le tour du centre de Tokyo et dessert les plus grandes gares .  Des lignes privées partent de ces gares et rayonnent vers l’extérieur . Si vous avez un Japan Rail Pass, vous pourrez utiliser librement la ligne Yamanote ainsi que la Chûô-Sôbu qui traverse Tokyo d’Est en Ouest, le Tokyo Monorail qui longe la baie et va jusqu’à l’aéroport d’Haneda, et les autres lignes JR menant vers les périphéries de la ville .

Tokyo Train 541 of Yamanote Line, JR East E231-500

Train 541 de la Yamanote Line JR East

Le pass journalier Tokyo Free Kippu (1590 yens) permet d’emprunter le métro et les lignes JR .

Tokyo carte SUICA et PASMO sans réduction ter

Le Toei and Tokyo Metro One-Day Economy Pass (1000 yens) est valide sur les trajets de métro uniquement (il peut être utile en complément du JR Pass), et le Tokyo Metro Open Ticket (710 yens pour un jour; 980 yens pour deux jours) uniquement pour les lignes Tokyo Metro .

Tokyo Metro plan 01

cliquez pour élargir

Le métro ne se contente pas d’arpenter l’intérieur de la Yamanote, mais s’étend aussi vers l’extérieur et a des connections directes avec les lignes privées de train pour plus de commodité et pour désengorger les grandes gares de la Yamanote .

Mais comment connaître le prix du ticket ?  Sur le plan ci-dessous, nous sommes à la gare d’Akihabara (en rouge) .  Pour aller à celle d’Ueno, il vous en coûtera 130 yens, mais si vous avez envie d’aller à celle d’Ikebukuro, il vous faudra dépenser 190 yens .

Tokyo Yamanote 01

La ligne Yamanote est une ligne circulaire qui suit un ovale allongé dans l’axe nord-sud .  Elle comporte 29 stations dont Shinjuku, Shibuya, Harajuki, Marunouchi (gare de Tokyo), Ueno, Akihabara et Ikebukuro ; le centre et le périphérique réduit du centre de Tokyo .

Pour le train comme pour le métro, attention aux heures de pointe, le matin ou le soir, pendant lesquelles les trains deviennent vite bondés de passagers .

Cependant si vous restez principalement à Tokyo, le Japan Rail Pass ne vous sera peut-être pas très utile et il est cher .  Le métro et les trains sont largement suffisants .  N’oubliez jamais qu’au Japon presque personne ne parle anglais et que prendre le bus risque de devenir vite problématique .  Dès votre arrivée à Narita Airport International aéroport de Narita 02 vous serez confrontés aux kanjis et pour se rendre de l’aéroport au centre de Tokyo le meilleur moyen est le train de la compagnie Keisei Electric Skyliner (スカイライナー, sukairainā) .  Les train ordinaires sont bon marché mais plus lent que le Skyliner qui met environ 36 minutes entre Nippori et l’aéroport de Narita (41 minutes pour la gare Keisei Ueno) et coûte 2 470 ¥ .  Les Limited Express (semi-direct) mettent environ une heure pour rejoindre la station d’Ueno pour 12 00 ¥ . 

Les Skyliners se prennent avec réservation obligatoire . La réservation se fait au même moment que l’achat du billet, au guichet ad hoc ; on peut prendre un billet et une réservation 5 minutes avant le départ du train .  En revanche, on peut prendre un train ordinaire sans réservation .

Keisei Skyliner 02

La Keisei Skyliner a également ouvert un site « Skyliner e-ticket » où il est possible de réserver son billet en ligne depuis n’importe quel coin de France, ce qui évite de faire la queue au guichet à Narita international :

https://www.tourisme-japon.fr/offres-et-informations-de-nos-partenaires/item/508-keisei-skyliner-vente-en-ligne

Chite seki kippu ou Shitei seki kippu = billet pour place réservée  (Shitei = résidence personnelle, seki = place, kippu = billet)
Jiyu seki kippu ou Djyouseki kippu = billet pour place non réservée  (Jiyu =libre, seki =place, kippu= billet)

Kuuseki = place vacante

keisei Skyliner

Keisei Skyliner

Les trains ordinaires Keisei partent toutes les 20 minutes ; si vous choisissez cette option, il vaut mieux prendre le Limited Express (semi-direct) car il s’arrête moins que le Rapid ou Local  (omnibus) .

Le dernier train quitte l’aéroport à 23 heures .

Narita Express de JR

 

Le grand rival du Skyliner est le Narita Express (成田エクスプレス, Narita ekusupuresu) ou N’EX :

Natita express JR East motrice E259

Il relie l’aéroport de Narita à la station de Tokyo, appartient à la JR East compagnie, et emprunte la ligne Narita jusqu’à Sakura puis la ligne Sôbu jusqu’à la gare de Tokyo en environ 53 minutes  (tarif normal à 3020 ¥, tarif spécial pour les visiteurs étrangers à 1500 ¥)  .

A la gare de Tokyo, la rame se sépare en deux :

Natita Express JR East  séparation des deux motrices E259 en gare de Tokyo

 Gare de Tokyo ; séparation des deux rames

Une partie dessert Shinagawa, Yokohama et éventuellement Ōfuna par la ligne Yokosuka  . 

L’autre partie se dirige vers Shibuya et Shinjuku puis suivant les services, dessert Ikebukuro et Ōmiya par la ligne Saikyō ou emprunte la ligne Chūō jusqu’à Takao  .

Narita Express de JR East

Bien évidemment le JR Pass vous permet d’utiliser les lignes JR de métro :

Tokyo Metro plan  JR 01

Cliquez pour élargir

 

Même si cet article, qui se veut très pratique, nous interroge sur le pourquoi aller à Tokyo sinon pour dire : « J’y suis allé » …,  voici une possibilité de justifier votre démarche, ci-dessous en post-scriptum, en anglais et en français car je n’ai pas eu le temps de traduire, ni eu le temps pour l’instant de retrouver les URL de ces deux sites sur le temple bouddhiste de Zôzô-Ji .  L’important étant de bien comprendre qu’on ne situe un lieu qu’à partir de stations de métro, parfois accompagné de dix minutes de marche à pied .

Mes articles sont devenus évolutifs et corrigeables au fur et à mesure car je ne peux pas tout traiter en même temps .

Celui-ci sera un jour peaufiné pour vous apporter ce que j’espère être la quintessence de la « démerde » au Japon, alors que sans l’apprentissage de la langue et des 1000 kanjis à apprendre a minima, il faut bien trouver une solution pour se débrouiller quand même sans passer par les taxis au prix souvent prohibitifs et dont les chauffeurs ne parlent pas l’anglais .

La promesse ayant été faite, j’ai assuré a minima ; mais mon temps de vie imparti n’étant pas toujours en adéquation avec la vision idéale d’une vie inaltérable … j’essaye juste d’assumer .

 

 

Mais …

Demain est un autre jour 01 ter

.

 

J.M. MARTIN pour Tricycles Rennais

 

Voici le nom de sites ou de blogs qui m’ont permis de rédiger cet article :

    • http://fr.wikipedia.org/wiki/Narita_Express
    • http://www.tout-le-japon.com/japon-pratique/pratique-les-plans-des-transports-en-communs-a-tokyo/
    • http://www.peripleaujapon.com/tag/train
    • http://www.japan-rail-pass.fr/japon-en-train/conseils-voyage/comment-se-deplacer-dans-tokyo
    • http://www.yes-tokyo.fr/tokyo-pratique/
    • http://www.pasmo.co.jp/en/pdf/guide01.pdf
    • http://www.lexilogos.com/japonais_langue_dictionnaires.htm
    • http://www.japan-rail-pass.fr/

 

 

 

P.S. :

 

Standing next to Tokyo Tower, Zojoji Temple (増上寺, Zōjōji) is the head temple of the Jodo sect of Japanese Buddhism in the Kanto Region.

The temple was built in the year 1393 and moved to its present location in 1598 by Tokugawa Ieyasu who selected it as his family temple. A mausoleum of the Tokugawa family can be found on the temple grounds. Most of Zojoji’s buildings are recent reconstructions except for the main entrance gate, the Sangedatsumon, which has survived the many past fires, earthquakes and wars and dates from 1622.

 

The closest subway stations are Onarimon or Shibakoen Station on the Mita Subway Line and Daimon Station on the Oedo Subway Line. The temple can also be reached in a ten minute walk from Hamamatsucho Station on the JR Yamanote and JR Keihin-Tohoku Line.

 

 

quartiers (ku, 区)

 

Le temple Zôjô-ji date de 1393, mais fut déplacé où il se trouve actuellement en 1598 par le shôgun Tokugawa Ieyasu. La plupart des bâtiments qui constituent ce complexe bouddhiste ont été détruits lors d’incendies, de séismes ou de guerres, en particulier lors de la seconde Guerre Mondiale. Seule la grande porte principale, Sangedatsu-mon, date de 1622.

De son nom complet San‘en-zan Zôjô-ji, ce temple se trouve dans l’arrondissement de Minato à Tokyo, dans le quartier de Shiba. On peut s’y rendre en métro via plusieurs sorties (Onarimon, Shibakoen ou encore Daimon) mais le plus simple est encore de s’arrêter à la station Hamamatsucho, sur les lignes JR Keihin-Tôhoku et Yamanote.

On ne peut pas vraiment manquer le Zojoji de toute façon, car le temple se trouve à quelques encablures seulement de la Tokyo Tower (voir photos), récemment éclipsée par la Tokyo Sky Tree. Lors de votre visite, vous ne pourrez pas rater les centaines de statues Jizô qui constituent un cimetière de bonne fortune pour les enfants décédés, en ponctuation du complexe.

Mais le plus intéressant est sans doute d’assister à une cérémonie de moines bouddhistes. Il n’y a malheureusement pas de planning régulier pour les prières mais en venant un dimanche, vous avez le plus de chances d’en voir, comme sur les photos de cette page.

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

lasixfr |
synthroidfr |
ciprofr |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bâtir au Féminin fait son R...
| Les Sportifs-Chasseurs
| Statistiques baseball Ile d...