• Les Tricycles

    Les Tricycles

    Tricycle couché avec carriole

  • En juillet 2008

    En juillet 2008

    Devant le parlement de Bretagne

  • Sur la place de la Mairie avec J-J. DUPRAT  juillet 2008

    Sur la place de la Mairie avec J-J. DUPRAT juillet 200

  • Au Thabor

    Au Thabor en Juillet 2008

  • « Catrike Expédition » avec un Rolhoff et un pédalier Schlumpf Speed drive à l’avant…

    Le Cartrike à travers le Caucase le 11 aoôt 2014

    Le Catrike à travers le Caucase le 11 août 2014

  • Moyeu arrière Rolhoff

    Moyeu arrière Rolhoff

    Après 20 000 kms et un coup de polish, il semble neuf ... !

  • pédalier Schlumpf Speed drive à l’avant 02

    pédalier Schlumpf Speed drive à l'avant 02

  • Arrivée à Osaka le 11 décembre 2014

    Arrivée à Osaka 01

    Un peu perdu avec tous ces kanjis pas facile de trouver sa route .

  • Laurent bivouaque à tokaïdo

    Laurent bivouac tokaïdo

    Asiatrek va vers son but : atteindre le Mont Fuji ; ici bivouac le 14 décembre 2014

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 23 avril 2014

La Réussite … n°2 .

Posté par LPBSM le 23 avril 2014

Bonjour,

Comme promis, nous allons essayer de vous faire partager une histoire minimaliste de ce coin du globe représentant l’île de Sakhaline, dans la mer du Japon ou mer de l’Est pour les coréens, et le port de « Stantsiya Vanino-port » juste en face sur le continent sibérien par rapport à l’île de Sakhaline .

  Mer du Japn et Sakhaline

http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/67/Carte_mer_du_Japon.png

 

 Kouriles - 01

 Port de Vanino en Sibérie orientale 000

Port de Vanino en Sibérie orientale 001

Port de Vanino en Sibérie orientale 002Port de Vanino en Sibérie orientale 003Port de Vanino en Sibérie orientale 004

Datta, comme vous le voyez sur la carte ci-dessous, se trouve légèrement au sud de l’embouchure de la rivière Tumnin où l’on peut voir un barrage hydroélectrique .

Port de Vanino en Sibérie orientale 004

http://fr.

Le village de Datta d’où part Nicolas étant situé à environ 30 kms au nord du port de Vanino, face à l’île de Sakhaline (voir les cartes ci-dessus) .

Nous pourrions résumer l’histoire en disant : « Reconnue possession exclusive de la Russie en 1875, l’île de Sakhaline fut partagée avec les Japonais après la guerre russo-japonaise de 1904-1905, et fut entièrement annexée par l’U.R.S.S. en 1945″.

Ou pour plus de précisions la seule ligne de chemin de fer reliant le lac Baïkal à Vanino  se situe en face de Sakhaline sur le continent :

« Les premiers tronçons de la Magistrale Baïkal-Amour furent construits en plusieurs fois par les prisonniers du Goulag. Celui de Taïchet à Bratsk fut construit dans les années 1930 ; il mobilisa 180 000 détenus et fit 10 000 morts1. Une partie du tracé oriental fut l’œuvre des prisonniers du Goulag pendant les années 1944-1946.

Cependant, l’essentiel de la BAM  (Baïkal Amour Magistral) fut construit entre 1972 et 1984 et mobilisa des ressources humaines et financières record pour l’époque. Afin de susciter l’enthousiasme des jeunes et de les attirer vers ces contrées au climat sévère, on impliqua activement les recruteurs du Komsomol et on appela ce projet « Le grand chantier pan-soviétique ». En raison de la stagnation économique (zastoï) de l’URSS, le projet fut un véritable gouffre financier.

La modernisation et l’agrandissement de la BAM continue de nos jours. Dans l’avenir, elle devrait rejoindre la ville de Iakoutsk dans la Sibérie orientale grâce à la construction de la Magistrale Amour-Iakoutie » .

http://fr.wikipedia.org/wiki/Magistrale_Ba%C3%AFkal-Amour

 

Nous allons devoir remonter jusqu’en 1697, où la Russie s’étend jusqu’au Kamtchatka et commence alors l’exploration des Kouriles jusqu’à l’île d’Ouroup .

Pour resituer cette époque dans l’empire japonais et dans son histoire, il faut situer cette date dans l’époque d’ EDO  qui commence vers 1600, avec la prise de pouvoir de Ieyasu Tokigawa lors de la bataille de Sekigahara, et se termine vers 1868 avec la restauration de l’empereur Meiji (122 éme empereur du japon) .  Elle est dominée par le shogunat Tokugawa,  dont Edo (ancien nom de Tokyo) est la capitale .   Pour en savoir plus sur cette période et avoir quelques dates de références : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89poque_Edo  et  http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%88re_Meiji  .

Pour en savoir plus sur le Shogunat :  http://www.jp-petit.org/dangers/Armes_bacterio/armes_bacterio.htm .

Face à l’expansion russe, le Japon implante en 1800 une garnison sur l’île d’Itouroup pour marquer les limites de son Empire (une des îles Kouriles sur lesquelles elle régnait en maître plus d’un siècle avant) .

Lors du Traité russo-japonais de Shimoda, en 1855, les frontières entre les 2 États sont déterminées .

Kouriles - 05 

Au niveau des Kouriles, la séparation passe entre les îles d’Ouroup et de Etorofu .

En revanche, pour l’île de Sakhaline, la souveraineté est partagée entre le Japon et la Russie .

Ce traité marque ainsi le début des relations diplomatiques entre la Russie et le Japon .

En 1875, la souveraineté de l’île de Sakhaline est contestée par le Traité de Saint-Pétersbourg .

Les Russes échangent donc le contrôle sur la totalité de l’île de Sakhaline contre une totale souveraineté japonaise sur les Kouriles .

 Kouriles - 03 revendications

 

La victoire japonaise sur la Russie, en 1905, permet au Japon de récupérer le Sud de Sakhaline .

 

En février 1945, Staline accepte l’entrée en guerre de l’URSS contre le Japon en échange d’une souveraineté soviétique sur le Sud de l’île de Sakhaline et sur l’ensemble de l’archipel des îles Kouriles .

L’arrivée des Soviétiques s’accompagne de l’expulsion des populations Aïnou ( http://xerxes5301.canalblog.com/archives/2012/07/17/24714438.html ) .

Or selon le Japon, l’occupation du sud des Kouriles est illégale, puisque les accords de Potsdam signés en juillet 1945 entre les Alliés prennent pour référence le territoire japonais dans ses frontières de 1868, comprenant donc les quatre îles méridionales de l’archipel des Kouriles .   Pour résumer : http://www.linternaute.com/histoire/motcle/1157/a/1/1/sakhaline.shtml .

 

Ce contentieux territorial dure pendant toute la période de la guerre froide, soit de 1945 à 1990, et n’est toujours pas réglé en 2014 (même si en 2013 : http://www.rtbf.be/info/monde/detail_russie-et-japon-determines-a-negocier-sur-les-iles-kouriles-disputees?id=7984241 ) .

La Russie, en tant qu’héritière de l’URSS, n’a toujours pas signé de traité de paix avec le Japon .

Le Japon considère les Territoires du Nord comme appartenant à son espace depuis 1855 .  Mais au-delà des arguments historiques, il faut tenir compte du fait que les eaux autour des îles de Kounachir et d’Itouroup, sont parmi les plus poissonneuses au monde .

Pour le Japon, le poisson est la principale source d’apport en protéines .

Par ailleurs, le Japon est pauvre en ressources minières et il souhaiterait continuer à tirer profit du pétrole et du gaz russes de Sibérie et de Sakhaline .

Par conséquent en mettant fin à son contentieux avec la Russie, le Japon pourrait avoir accès aux gisements russes au même titre que ses concurrents chinois et sud-coréen .

 

Afin d’accompagner les efforts diplomatiques japonais, le pays développe en parallèle des investissements importants dans l’Extrême-Orient russe depuis les années 1990 .

Les japonais font du commerce de détail, et importent du bois, du poisson, et de l’aluminium .

Par ailleurs, ils participent à l’agrandissement des ports russes de Vanino, de Khasan, et de Sovgani, et participent au terminus du train Baikal-Amour-Magistral (cité supra), qui relie « le Pacifique » par l’intermédiaire de la mer du japon à la Sibérie .

 

Des lignes aériennes sont également mises en place entre Sakhaline et Hokkaido, et des lignes maritimes reliant Vladivostok à Niigata, Niigata à Vanino et Vanino au port d’Otaru .

Les Japonais exploitent, avec des compagnies pétrolières américaines et européennes, le charbon de Tumen, et depuis 2005 le pétrole et du gaz à Sakhaline .

 

Pour la Russie, les Kouriles ont également un intérêt lié à la pêche (ressources halieutiques), mais aussi aux ressources naturelles .

L’archipel recèlerait d’importantes réserves en hydrocarbures …  ?  De plus, les Kouriles restent pour les Russes un atout stratégique en tant que verrou de la mer d’Okhotsk .

Kouriles - 02

Comme Kaliningrad, la Carélie ou Petsamo, les Kouriles sont considérés comme des trophées de guerre et une compensation pour les 20 millions de Russes morts pendant la seconde guerre mondiale .

Par conséquent, rendre les Kouriles reviendrait à remettre en cause l’intégrité nationale déjà mise à mal en Tchétchénie et en Ukraine (http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/04/13/ukraine-kiev-dit-passer-a-l-offensive-contre-les-prorusses-a-l-est_4400453_3214.html) .

 

 

En 2004, dans la région du fleuve Amour, la Russie a fini par céder une partie de son territoire à la Chine pour mettre fin à des contentieux qui remontaient à 1860, fixant ainsi une frontière commune longue de 4200 km .

Face à cette disposition, le Japon est en droit d’espérer une évolution comparable …

 

Au sommet de l’APEC ((La Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (en anglais : Asia-Pacific Economic Cooperation ou APEC) de nov. 2004)), le président russe et le Premier ministre japonais ont, à l’époque, évoqué la question des Kouriles .  La Russie s’est dite prête à se conformer à l’accord nippo-soviétique de 1956 et donc à restituer 2 îles au Japon, mais après la signature d’un traité de paix .

Du côté japonais, on espère donc en récupérer 3 îles sur 4, en allant vers la conclusion d’un traité de paix .

 

Le 29 avril 2013, Moscou et Tokyo ont exprimé leur détermination à négocier afin d’arriver à surmonter leur conflit territorial sur les îles des Kouriles du Sud réclamées par le Japon, au cours de la première visite officielle en dix ans d’un chef du gouvernement japonais en Russie (http://www.rtbf.be/info/monde/detail_russie-et-japon-determines-a-negocier-sur-les-iles-kouriles-disputees?id=7984241) .

 

 Kouriles - 04

Le Japon et la Russie ont besoin l’un de l’autre .   Les milieux d’affaires ont compris depuis longtemps, que dans cette région, où le poids de la Chine va grandissant, les relations économiques entre les deux pays deviennent primordiales ; or sans restitution des Kouriles, ni signature de traité de paix, les investissement japonais dans cette immense Sibérie, que nous décrit Nicolas, risquent de ralentir .

 

L’éradication de certaines forêts sans prendre en compte le replantage d’arbres et les glissements de terrains qui s’en suivent sont elles à mettre sur le compte des baguettes chinoises ou japonaises … ?

« En 2006, à l’issue d’une odyssée sibérienne qui, partie du lac Baïkal, l’avait conduit jusqu’à Moscou, Nicolas Vanier avait pourtant annoncé la fin de ses aventures .  Et son intention de se consacrer à la protection d’un environnement dont il a tant mesuré, pendant ses expéditions, la mise en danger et même la destruction par la main des hommes . » … (la suite sur : http://www.la-croix.com/Actualite/France/Nicolas-Vanier-la-passion-des-pays-d-en-haut-2013-12-10-1073692 )   .

Cet article est sans doute beaucoup trop long pour certains et beaucoup trop court pour les amoureux du moindre détail ; j’ai été obligé de faire un compromis qui n’est pas entièrement satisfaisant mais j’attends vos corrections .

Bien amicalement,

J.M. MARTIN pour Tricycles Rennais

             

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

lasixfr |
synthroidfr |
ciprofr |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bâtir au Féminin fait son R...
| Les Sportifs-Chasseurs
| Statistiques baseball Ile d...